Musique

Stromae annule son concert à Kinshasa pour des raisons médicales

| Par
Mis à jour le 22 septembre 2015 à 14h41
Stromae au centre culturel de karlsruhe (Allemagne), le 14 mai 2014.

Stromae au centre culturel de karlsruhe (Allemagne), le 14 mai 2014. © Vincent Fournier/J.A

De sources concordantes, le concert de Stromae à Kinshasa, prévu le 13 juin, a été annulé. Rien n’indique, pour l’instant, si celui prévu à Kigali, le 20 juin, est maintenu.

Après l’étape de Brazzaville, Stromae ne traversera pas le fleuve Congo où il était attendu de l’autre côté de la rive, le samedi 13 juin, pour un concert au théâtre de Verdure de Kinshasa. L’artiste belge d’origine rwandaise aurait finalement regagné Bruxelles hier, pour des raisons médicales, selon des sources concordantes.

Lors de sa prestation le 10 juin, au palais des Congrès de Brazzavillle, l’homme de Papaoutai a été très ému de voir monter sur scène le chanteur congolais Zao. Une intervention surprise savamment orchestrée par l’agence « The Agency », organisatrice du concert de maestro belge dans la capitale congolaise.

« Avant le concert, Stromae avait déclaré qu’il aimerait rencontrer Zao dont la chanson Soûlard a inspiré son Formidable », rappelle Lauriane Théçia M’pouki Paul qui a participé à la communication digitale de l’événement. « Lorsque Zao est monté sur scène, Stromae l’a prié de chanter Soûlard à deux reprises et lui-même s’est laissé aller à une interprétation d’une de ses chansons en lari [l’une des langues parlées au Congo-Brazzaville, NDRL] au rythme de Soulard. Comme pour rendre un hommage à son idole », ajoute-t-elle.

Si le concert de Kinshasa n’aura pas lieu 13 juin, aucune information n’a filtré pour l’instant sur une éventuelle nouvelle date. Rien non plus sur le point d’orgue de sa tournée africaine, débutée il y a un mois à Dakar, qui devait se tenir le 20 juin au stade Amahoro de Kigali. Un rendez-vous que le chanteur attendait avec émotion, puisqu’il ne s’était encore jamais rendu dans le pays d’origine de son père, tué pendant le génocide en 1994. Et qu’il pourrait finalement manquer…

>> Réécouter Soûlard de Zao <<

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer