Droits de l’homme

Un journaliste rwandais emprisonné pour « espionnage » au Burundi

| Par Jeune Afrique avec AFP
Des journalistes burundais ont protesté, lors de la Journée mondiale de la presse le 3 mai 2015, contre la fermeture d’une station de radio.

Des journalistes burundais ont protesté, lors de la Journée mondiale de la presse le 3 mai 2015, contre la fermeture d'une station de radio. © Jerome Delay/AP/SIPA

Un journaliste rwandais a été arrêté et puis inculpé d’espionnage au Burundi, a annoncé vendredi le procureur de la province de Muyinga, frontalière avec le Rwanda.

Faute d’accréditation, le journaliste Étienne Besabesa Mivumbu a été arrêté lundi, 8 juin 2015, en compagnie d’un taxi-moto rwandais qui le transportait dans la commune de Giteranyi, au nord-est du Burundi. Selon l’Agence rwandaise de presse, le journaliste travaille pour la radio communautaire Ibuza et le site web Igihe.com.

« Nous l’avons inculpé d’espionnage parce c’était un journaliste qui cherchait des informations sans avoir d’accréditation, mais les enquêtes continuent pour confirmer ou infirmer ce chef », a expliqué Ernest Nduwimana, procureur de la République de Muyinga. Selon lui, un enregistreur, une caméra et des pièces d’identité ont été trouvés en sa possession. Étienne Besabesa Mivumbu a été écroué à la prison centrale de Muyinga.

La presse accusée d’encourager les contestations

Pour sa défense, le journaliste aurait affirmé se trouver au Burundi pour effectuer un reportage sur l’agriculture et le commerce transfrontalier, selon Adam Ruhamiriza de l’Association de protection des droits de l’homme. Après avoir rencontré le journaliste et le conducteur de taxi-moto en prison, Adam Ruhamiriza a dit avoir constaté qu’ils portaient des traces de coups sur le derrière et sur le dos.

Le Conseil national de la Communication (CNC) a demandé au procureur « d’accélérer les enquêtes pour que le journaliste soit blanchi ou qu’il soit définitivement (…) traduit en justice », a déclaré son président, Richard Gimarahoro.

Au cours des dernières semaines, le gouvernement burundais a accusé la presse, notamment étrangère, d’encourager les mouvements de contestation contre un troisième mandat du président Pierre Nkurunziza.

Les relations entre le Burundi et le Rwanda se sont tendues au cours des dernières semaines. Des cadres burundais soupçonnent le Rwanda d’être impliqué dans la tentative de coup d’État le mois dernier.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer