Droits de l’homme

Parc des Virunga : Soco International soupçonnée de corruption en RDC

L'ONG Global Witness accuse Soco International d'avoir payé un militaire congolais pour faciliter l'accès au parc des Virunga.

L'ONG Global Witness accuse Soco International d'avoir payé un militaire congolais pour faciliter l'accès au parc des Virunga. © Jerome Delay/AP/SIPA

La compagnie pétrolière Soco International aurait versé des dizaines de milliers de dollars à un officier de l’armée congolaise, accusé d’avoir mené une campagne d’intimidation brutale contre les opposants au projet de forage au coeur du parc des Virunga, selon l’ONG Global Witness.

La quête de pétrole de Soco International dans le parc des Virunga, en République démocratique du Congo, pourrait bien être entachée par la corruption et la violence. Selon Global Witness, la compagnie britannique aurait versé plus de 37 000 euros (42 250 USD) en moins de deux semaines, en mai et avril 2014, à un officier de l’armée congolaise, le major Burimba Feruzi.

Des documents dévoilés mercredi par l’ONG montrent au moins quatre chèques totalisant 13 700 euros (15 600 USD) et un reçu écrit à la main d’un paiement de 23 460 euros (26 650 USD). « Ces documents démontrent que malgré les nombreux démentis de Soco, la compagnie a payé des dizaines de milliers de dollars à un officier de l’armée accusé de corruption et d’intimidation envers ceux qui ont essayé de stopper l’exploration de pétrole dans l’un des trésors naturels de l’Afrique. Ces paiements ne sont peut-être que la pointe de l’iceberg », a déclaré Nathaniel Dyer, directeur de Global Witness en RD Congo.

Des pratiques révélées par le film « Virunga »

Les pratiques présumées du major Feruzi ont été filmées lors du tournage du documentaire Virunga, financé par Leonardo Dicaprio et nommé lors de la dernière cérémonie des Oscars. La scène montre l’officier de l’armée congolaise offrir une somme de 2640 euros (3000 USD) à un garde du parc afin de faciliter l’accès de la compagnie au coeur du dernier refuge des gorilles de montagne au monde. Selon un rapport de Global Witness, « Drillers in the Mist », ce militaire serait aussi responsable d’avoir ordonné le tabassage et la détention d’opposants au projet de Soco International.

Deux pêcheurs, qui ont critiqué ouvertement les activités de Soco International, auraient aussi été battus à mort par des soldats travaillant pour la compagnie de sécurité embauchée par la compagnie pétrolière. Les propos des habitants locaux, corroborés par ceux de Human Rights Watch, avaient été révélés par The Telegraph en septembre 2014.

Soco International nie

Rien ne prouve que Soco International soit responsable de cette violente campagne d’intimidation pour réduire au silence les opposants à son projet. Et la compagnie a toujours réfuté les allégations de corruption. Selon BBC, Soco a déclaré, en mars dernier, n’avoir jamais payé,  directement ou indirectement, de militaires congolais, et avait condamné tout acte de violence.

Global Witness réclame une enquête de la justice britannique pour faire la lumière sur les pratiques de Soco International, compagnie enregistrée au London Stock Exchange. Le parc des Virunga est classé au Patrimoine mondial de l’Unesco et abrite l’une des dernières populations de gorilles de montagne, menacée de disparaître.

Documents Global Witness

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte