Politique

Syrie : une opposition élargie tente de s’unir au Caire

| Par Jeune Afrique
Mis à jour le 09 juin 2015 à 07h02
Haytham Manna, l’un des co-organisateurs de la conférence du Caire

Haytham Manna, l'un des co-organisateurs de la conférence du Caire © Mohamed El-Shahed/AFP

Le but de cette conférence est de « définir une vision représentant le spectre le plus large possible de l’opposition syrienne ».

Les 150 représentants de l’opposition syrienne réunis en Égypte vont-ils réussir à se mettre d’accord ? Ces derniers ont entamé lundi une réunion de deux jours au Caire pour tenter de créer un nouveau regroupement élargi contre le régime de Bachar al-Assad et adopter une charte nationale.

Objectif : trouver une alternative à la Coalition de l’opposition – principal regroupement en exil soutenu par l’Occident et le Qatar, l’Arabie saoudite mais aussi la Turquie. L’une des pistes pourrait être de l’élargir à d’autres groupes et de la rendre « indépendante », aussi bien  financièrement que politiquement, selon Haytham Manna, un opposant de premier plan et l’un des co-organisateurs de la conférence.

Élargir l’opposition syrienne

Organisée par l’Égypte, cette conférence élargie des forces de l’opposition syrienne a pour objectif de « définir une vision représentant le spectre le plus large possible de l’opposition syrienne ».

>> Lire aussi Syrie : dialogue de sourd et tensions à Genève 2

Cette conférence « est juste un point de départ, nous allons travailler ensemble pour faire transmettre votre message et votre vision pour une solution politique à travers la Syrie mais aussi le monde entier », a dit le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, lors du discours d’ouverture.

« L’Opposition nationale syrienne » naîtra-t-elle ?

Il y a deux semaines, Haytham Manna avait indiqué que la conférence devait « élire un comité politique, adopter une feuille de route et une charte politique » pour un regroupement qui s’appellerait « L’Opposition nationale syrienne ». « La communauté internationale doit obliger le régime syrien et toutes les parties à se mettre d’accord sur une solution politique », a-t-il affirmé lundi.

Haytham Manna avait promis le 23 mai que cette conférence donnerait naissance à une opposition « totalement différente » de l’actuelle coalition, une nouvelle opposition « syro-syrienne à 100%, financée par nous-mêmes, téléguidée par personne avec un ordre du jour purement syrien ».

« Nous sommes prêts à négocier avec une délégation du gouvernement syrien sur la base du communiqué de Genève, c’est-à-dire sur la base du transfert de tous les pouvoirs militaires et civils sans exception à un gouvernement transitoire », avait ajouté Haytham Manna. Il faisait alors référence à un document signé en 2012 par les grandes puissances comme plan de règlement politique du conflit, mais qui est depuis resté lettre morte.

>> Lire aussi : La Syrie plonge dans l’obscurité : un drame en photos satellites nocturnes

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer