Archives

RDC : 46 condamnations pour violences sexuelles à Bunia

| Par
À Bunia, chef-lieu de l’Ituri.

À Bunia, chef-lieu de l'Ituri. © T.J. Kirkpatrick/AP/SIPA

Quarante-six personnes ont été condamnées pour des violences sexuelles lors d’un marathon d’audiences de trois semaines à Bunia, chef-lieu de la Province-Orientale, au nord-est de la RDC. Le plus grand cycle d’audiences de ce genre depuis la nomination de Jeannine Mabunda, représentante spéciale de Kabila pour la lutte contre les violences sexuelles.

Au cours des trois dernières semaines, soixante-cinq civils accusés de viols ou d’agressions sexuelles, en 2014 et 2015, ont défilé devant un juge de Bunia, chef-lieu de la Province-Orientale en RDC. Les verdicts ? Quarante-six condamnations, 13 acquittements et six dossiers renvoyés pour approndir l’instruction, a appris l’AFP jeudi de source judiciaire.

Le plus grand cycle d’audiences

"Les condamnations vont de sept à 15 ans de prison ferme", a indiqué Alphonse Wonga, président du tribunal de grande instance de Bunia. Ces jugements ont été prononcés au cours d’audiences foraines, hors des murs d’un tribunal.

Il s’agit du plus grand cycle d’audiences de ce genre organisé depuis la nomination l’an dernier de Jeannine Mabunda, représentante spéciale du chef de l’État pour la lutte contre les violences sexuelles. Selon les informations transmises par son bureau, les 65 personnes jugées à Bunia n’étaient ni des militaires, ni des miliciens. Plusieurs audiences semblables ont eu lieu depuis un an, de l’est à l’ouest du pays.

>> Lire aussi : le gouvernement de RDC met en avant ses efforts pour lutter contre les violences sexuelles

Le district de l’Ituri porte les stigmates de deux guerres ethniques qui l’ont ravagé entre 1996 et 2003. Et l’est de la RDC reste déchiré par plusieurs conflits armés.

Les viols sont régulièrement dénoncés par les ONG internationales. En 2014, un rapport du Commissariat aux droits de l’Homme de l’Onu reconnaissait que la RDC faisait quelques progrès en matière de lutte contre l’impunité pour les crimes sexuels. Cependant, la plupart des auteurs des violences sexuelles échappent toujours à la justice.

>> Lire aussi Viols en RDC : quand les victimes doivent "payer pour obtenir justice"

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer