Justice

Arabie saoudite : prison et coups de fouet confirmés pour le blogueur Badaoui

| Par AFP
Rafef Badaoui est incarcéré depuis 2012.

Rafef Badaoui est incarcéré depuis 2012. © AFP

La Cour suprême d’Arabie saoudite a confirmé la peine de 10 ans de prison et de 1 000 coups de fouet prononcée contre le blogueur saoudien Raef Badaoui, emprisonné pour « insulte à l’islam », a indiqué dimanche son épouse en se disant « choquée » par cette décision.

"La Cour suprême a confirmé la décision d’infliger à Raef 10 ans de prison, 10 ans d’interdiction de sortie du royaume et 1.000 coups de fouet", a déclaré Ensaf Haidar, ajoutant que cette décision est "irrévocable".

Interrogée au téléphone par l’AFP depuis le Canada où elle s’est installée, l’épouse du blogueur s’est dite "choquée" par la décision que la Cour suprême a rendue "trois mois après avoir été saisie de l’affaire".

"J’espérais qu’à l’approche du ramadan (le mois de jeûne musulman, qui commence vers le 17 juin) et avec le nouveau roi en Arabie saoudite, les prisonniers d’opinion dans le royaume, dont Raef, soient graciés", a-t-elle ajouté.

Emprisonné en 2012, Raef Badaoui avait été condamné en novembre 2014 à 10 ans de prison et à 1.000 coups de fouet (cinquante par semaine pendant vingt semaines) pour "insulte à l’islam".

Il a subi une première séance de flagellation le 9 janvier, mais les séances suivantes ont été repoussées, d’abord pour des raisons de santé, puis pour des motifs non précisés.

Mme Haidar a indiqué craindre que les séances de flagellation reprennent rapidement, peut-être "à partir de la semaine prochaine". La situation de M. Badaoui a soulevé l’indignation à travers le monde, l’ONU dénonçant une sentence "cruelle et inhumaine".
 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer