Vie des partis

Mohamed Masbah : au Maroc, « Benkirane et le roi sont interdépendants »

| Écrit par Youssef Aït Akdim
Abdelilah Benkirane et Mohammed VI.

Abdelilah Benkirane et Mohammed VI. © Azzouz Boukallouch/Maroc

Basé à Rabat, Mohamed Masbah est chercheur au Carnegie Middle East Center. Ses travaux de sociologie politique portent sur le salafisme et l’islamisme, l’autoritarisme, et les mouvements de jeunes au Maroc et en Afrique du Nord.

Jeune Afrique : Quels rapports entretient Benkirane avec le roi ?

Mohamed Masbah : La relation entre le Palais et Benkirane est oscillante, mais la tendance générale tend vers la stabilité et la coexistence. Le roi n’est pas un acteur partisan, il ne vote pas aux élections et il veut garder sa neutralité, tant envers les partis que par rapport à leurs conflits. C’est pour cela qu’il n’est pas intervenu directement dans le conflit actuel entre Benkirane et les chefs des partis de l’opposition.

Benkirane ne fait rien pour apaiser les tensions avec l’opposition. Pourquoi ?

Le contexte est important, les municipales et les régionales approchent, elles se dérouleront en septembre prochain. Les partis d’opposition en ont appelé au roi par crainte d’un raz-de-marée électoral du PJD. De son côté, Benkirane redoute que l’administration ferme les yeux sur la fraude électorale.

Vous avez qualifié le PJD d’"islamistes de Sa Majesté". Cela signifie-t-il que le PJD est inféodé ou est-ce le Palais qui a besoin des islamistes ?

Pour l’instant, le PJD et le Palais sont interdépendants. Benkirane a vite compris que, s’il veut rester au gouvernement, il doit construire la confiance avec le Palais. Pour cela, il doit se montrer flexible et pragmatique. C’est ce qui explique les concessions faites et celles qu’il fera. Inversement, le Palais n’a pas intérêt à renverser le gouvernement pour deux raisons. D’abord, le PJD est un parti promonarchie et ne constitue pas une menace vitale. Ensuite, Benkirane et son parti bénéficient d’une popularité croissante. Le jour où le PJD perdra sa popularité et/ou touchera aux intérêts stratégiques du régime, l’approche changera. 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte