Droits de l’homme

Arabie saoudite : de sa prison, Raif Badawi publie un recueil de ses écrits

Le blogueur Raif Badawi a été emprisonné en 2012.

Le blogueur Raif Badawi a été emprisonné en 2012. © AFP

Raif Badawi a été condamné en mai 2014 à 10 ans de prison et 1000 coups de fouet pour ses écrits jugés blasphématoires. Mais même derrière les barreaux, le blogueur saoudien ne se résigne pas au silence. Il récidive et publie un livre réunissant les articles qui lui ont valu sa lourde peine. En voici des extraits.

"1000 coups de fouet parce que j’ai osé parler librement", c’est le titre du livre de Raif Badawi qui paraîtra le 4 juin 2015. Un recueil de 14 textes interdits, réunis par Amnesty International. Ses écrits, parus entre 2010 et 2012 sur Internet, ont mené à son emprisonnement en Arabie Saoudite. Du fond de sa cellule, le blogueur saoudien Raif Badawi a dicté la préface de son livre à son épouse Ensaf Haidar, réfugiée au Canada avec ses trois enfants.

"La situation est effroyable. Des murs sales, des portes défoncées, rouillées. Me voilà qui tente de m’adapter pour faire face à ce chaos. Et tandis que j’examine avec attention les centaines de graffitis inscrits sur les murs poisseux des toilettes communes de la cellule, mon regard tombe sur la phrase "La laïcité est la solution". Stupéfait, je me frotte les yeux pour m’assurer que je vois bien ce que je vois."

>> Lire l’interview d’Ensaf Haidar : "Raif Badawi risque désormais la peine de mort pour apostasie"

Laïcité, libéralisme, droit des femmes… Les opinions de Raif Badawi, comme celles d’autres détenus dans les geôles saoudiennes, irritent les autorités du royaume. Ce père de famille a été jeté derrière les barreaux en 2012, puis condamné en mai 2014 à 1000 coups de fouet, 10 ans de prison et une amende de 200 000 euros pour "insulte à l’islam". La justice saoudienne lui reproche d’avoir "questionné les autorités religieuses" de son pays.

"L’observateur de la société arabe la voit gémir et ployer sous le joug d’un ordre théocratique qui attend seulement d’elle qu’elle s’incline devant les hommes du clergé et leur obéisse aveuglément. Et de fait, incontestablement, ces sociétés s’astreignent à leur devoir de loyauté au clergé, au point que toutes ses fatwas et toutes ses exégèses deviennent des vérités absolues, sacrées même."

Tous les défenseurs de Raif Badawi insistent sur ce point : le militant n’a jamais renié sa religion. Du bout de son clavier, le blogueur a fondé le site Free Saudi Liberals (en français Libérez les libéraux saoudiens) en 2006 pour donner naissance à un noyau d’opposition. Il plaide pour la liberté de culte. Pour lui, les musulmans, les chrétiens, les juifs et les athées sont tous égaux.

Les textes de Raif Badawi, à la fois posés et engagés, rejette de façon systématique l’islamisme politique.

"(…) il n’échappe à aucun observateur que nos musulmans d’Arabie Saoudite ne respectent pas les croyances d’autrui ; pire, ils considèrent les autres comme des apostats, tout non-musulman étant infidèle et, dans un cadre plus étroit, tout musulman non hanbalite étant dissident. Alors, comment pouvons-nous, avec de tels individus, bâtir une civilisation humaine, et avoir des relations normales avec six milliards de personnes, dont plus de quatre milliards et demi ne sont pas de confession musulmane ?"

Raif Badawi va même plus loin en s’attaquant au salafisme, l’une des branches les plus rigoristes de l’islam.

"En revanche, la mentalité religieuse qui régit chaque détail de notre vie s’acharne tous les jours à consacrer et à imposer son interprétation de la doctrine religieuse salafiste – une doctrine qui remonte à des centaines d’années, sans tenir aucun compte de toutes les transformations et révolutions intellectuelles qu’a connues et que continue de connaître le monde. Est-il donc concevable d’avoir aujourd’hui, à la lumière de tous ces bouleversements, des idées aussi arriérées ?"

Les textes de Raif Badawi, à la fois posés et engagés, rejette de façon systématique l’islamisme politique. Par exemple, il n’est pas question pour lui de soutenir le Hamas, même s’il libérait la Palestine.

"Je ne suis pas pour l’occupation d’un pays arabe par Israël, mais, en revanche, je ne veux pas remplacer Israël par une nation islamique qui s’installerait sur ses ruines, et dont le seul souci serait de promouvoir une culture de mort et d’ignorance parmi ses fidèles, à une époque où nous avons désespérément besoin de ceux qui en appellent à une culture de vie et de développement, propre à cultiver l’espoir dans nos âmes."

En janvier dernier, l’auteur de ces textes a reçu les 50 premiers coups de fouet de sa peine. L’administration des 950 autres est officiellement suspendue pour "raisons médicales". Tous les bénéfices liés à la vente de son livre serviront à la lutte pour sa libération.
 

Feuilletez les 20 premières pages de son livre :

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte