Politique

Visite de Michel Kafando en France : François Hollande salue l’exemplarité démocratique du Burkina

Michel Kafando (à gauche) et François Hollande (à droite) à l'Élysée, 1er juin 2015. © Ian Langsdon/AFP

Le président de la transition au Burkina Faso, Michel Kafando, effectue sa première visite officielle en France jusqu'au 7 juin. François Hollande en a profité lundi pour citer le Burkina Faso en exemple de démocratie à suivre pour le Burundi.  

Lors de la première visite officielle du président de la transition burkinabè, Michel Kafando, à l’Élysée, François Hollande a salué l’exemplarité démocratique du Burkina Faso. "Si nous sommes aux côtés du Burkina Faso, c’est que nous voulons aussi qu’il ait valeur d’exemple, je pense notamment à ce qui se passe aujourd’hui au Burundi, où nous devons expliquer qu’il y a des processus constitutionnels qui doivent être respectés et qu’il y a des élections qui doivent être organisées en toute transparence", a expliqué le président français.

>> Lire: Burundi : pourquoi le sommet de Dar es-Salaam ne règle rien

Une aide de 3,1 M d’euros pour les élections au Burkina Faso

À l’issue d’un tête à tête avec Michel Kafando, François Hollande a tenu à lui "témoigner le soutien de la France dans le processus qui est conduit", "jusqu’aux élections qui doivent être transparentes et incontestables".  Selon une source gouvernementale, la France mettra une aide de 3,1 millions d’euros à la disposition du gouvernement du Burkina Faso pour la tenue des élections. "La France met des moyens pour que les élections puissent se tenir et dans le cadre de notre aide au développement, nous avons dégagé des crédits pour faire que les élections puissent avoir tout le caractère incontestable que nous voulons lui donner", a affirmé le chef d’État français.

Le soutien de Paris a été salué par Michel Kafando, "dans cette période décisive qui est de conduire le pays vers des élections transparentes et crédibles", a déclaré le président burkinabè. "Une transition n’est pas facile", a-t-il ajouté en rappelant que son gouvernement de transition avait été nommé "à la suite d’une insurrection populaire". "Cette insurrection a été faite par les jeunes et les femmes et nous sommes bien obligés d’en tenir compte", a-t-il dit.

>> Lire aussi : Burkina : le président de la transition s’appelle Michel Kafando

Michel Kafando a réitéré la date du 11 octobre pour la tenue des élections présidentielle et législatives, suivies du 16 janvier par les élections municipales. "Je peux certifier que nous allons sur le bon chemin", a déclaré le chef de l’État burkinabè.

Michel Kafando a été invité par son homologue François Hollande pour une visite de travail d’une semaine en France. Le président burkinabè aura plusieurs séances de travaux avec, entre autres, le président français, le président de l’Assemblée nationale et la secrétaire générale de la Francophonie.

>> Pour aller plus loin : Michel Kafando : "Ce ne sont pas les militaires qui commandent au Burkina"

( Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte