Sécurité

RDC : deux morts et plusieurs blessés après l’attaque de l’aéroport de Goma

| Par
Rond point Chukudu, dans le centre-ville de Goma.

Rond point Chukudu, dans le centre-ville de Goma. © Trésor Kibangula/J.A.

Des hommes armés ont attaqué mardi, vers une heure du matin, l’aéroport de Goma. Un militaire a été tué, selon le premier bilan officiel qui fait également état d’un mort et de trois blessés parmi les assaillants.

Des crépitements des armes automatiques ont été entendus dans la nuit du 1er au 2 juin à Goma, dans l’est de la RDC. À en croire l’autorité provinciale qui a convoqué d’urgence une réunion sécuritaire, il s’est agi d’"un échange de tirs entre un groupe de brigands et les militaires congolais".

Contacté par Jeune Afrique, Julien Paluku, gouverneur du Nord-Kivu, affirme en effet que "des assaillants ont attaqué vers une heure du matin un dépôt des marchandises à l’aéroport de Goma". S’en est suivi un accrochage avec des militaires commis à la garde du site qui sont intervenus pour les arrêter.

"Nos forces de sécurité ont tué un assaillant et blessé grièvement trois autres qui sont actuellement internés dans un hôpital de la ville", indique Julien Paluku. Et d’ajouter : "Notre priorité consiste avant tout à sauver leur vie pour pouvoir les interroger et remonter la filière."

"Attaque rebelle" ?

Car plus tôt dans la matinée, une source sécuritaire locale avançait déjà l’hypothèse d’une nouvelle "attaque rebelle" dans la capitale du Nord-Kivu. Une piste que semble écarter le gouverneur.

>> Lire aussi : Le M23 se régénère-t-il à partir du Rwanda et de l’Ouganda ?

"Dans tous cas, nous saurons l’identité exacte des assaillants, les commanditaires et le but de l’attaque une fois que les trois blessés seront à mesure de parler et de répondre à nos questions", garantit Julien Paluku.

En attendant, "nos services sont sur les trousses des autres assaillants qui ont fui dans la ville, ajoute le gouverneur. D’ailleurs, des tirs ont été entendus à Goma lorsque nos militaires pourchassé ces brigands", soulignant que "la situation est redevenue calme et la population vaque à ses occupations".

Le gouverneur du Nord-Kivu indique également qu’un militaire a été tué dans l’attaque qui a fait également "des blessés" parmi les soldats, sans donner plus de détails sur leur nombre.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer