Politique

Égypte : Moubarak sera jugé pour les meurtres de plus de 800 manifestants en 2011

| Par
Hosni Moubarak, le 8 février 2012.

Hosni Moubarak, le 8 février 2012. © Khaled Desouki/AFP

Hosni Moubarak sera finalement jugé pour les meurtres des manifestants lors de la révolte populaire de 2011 qui l’avait chassé du pouvoir. La Cour de cassation du Caire vient d’annuler l’abandon des accusations de complicité contre lui.

L’ex-président égyptien, Hosni Moubarak, sera bel et bien jugé pour complicité dans les meurtres de 846 manifestants pendant les dix-huit journées révolutionnaires de janvier et février 2011. La Cour de cassation a annulé jeudi l’abandon des accusations de complicité qu’un tribunal avait ordonné en sa faveur en novembre dernier.

En juin 2012, Hosni Moubarak avait été condamné en première instance à la prison à vie. Cependant, l’ex-raïs avait ensuite été blanchi par un autre tribunal en novembre 2014. Le juge avait considéré que les charges étaient entachées de vices et d’irrégularités, ce qui justifiait leur abandon.

>> Lire aussi : Égypte : abandon des poursuites contre Moubarak, retour à l’ancien régime ?

Le 2 décembre 2014, le parquet avait fait appel de l’acquittement d’Hosni Moubarak. Et six mois plus tard, la Cour de cassation a choisi d’annuler l’abandon des accusations. Son procès aura lieu le 5 novembre prochain.

Déjà condamné pour corruption

En mai dernier, Hosni Moubarak a été condamné à trois ans de prison pour corruption, tout comme ses deux fils pour avoir détourné plus de 10 millions d’euros de fonds publics.

L’ancien président de 87 ans est maintenu sous haute surveillance dans un hôpital militaire du Caire en raison de sa santé déficiente.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer