Banque

Société générale : la filiale sénégalaise en perte en 2014

La Sgbs est présente dans le pays depuis 1963. © AFP

En raisons de provisions très importantes, la Société générale de banques au Sénégal (Sgbs) a enregistré en 2014 des pertes de 36,434 milliards de F CFA. La banque espère relever la tête en 2015.

La Société générale de banques au Sénégal (Sgbs), filiale de la Société générale, a terminé l’année 2014 avec un produit net bancaire (Pnb), équivalent du chiffre d’affaires, de 44,69 milliards de F CFA (environ 68 milions d’euros), soit un recul de 9 % par rapport à l’exercice 2013. Surtout, la deuxième banque du pays affiche des pertes de 36,434 milliards de F CFA (55,5 millions d’euros).

Le total des crédits a atteint 537,2 milliards de F CFA (environ 819 millions d’euros) et celui des dépôts 511,6 milliards de F CFA (environ 780 millions d’euros), a détaillé mercredi 27 mai au soir Papa Demba Diallo, président du conseil d’administration de la Sgbs.

L’année 2014, tout comme 2013 et 2012, n’a pas été à la hauteur des attentes de la banque. Selon l’administrateur directeur général de la Sgbs,Yann de Nanteuil, la perte nette est la conséquence des efforts consentis par la banque pour respecter certaines exigences de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao).

>>>> Lire aussi – La Société générale reprend en main son destin africain 

La Sgbs a « dû se conformer aux exigences de la Commission bancaire (Coba) de déclasser et de provisionner des crédits dits sensibles ». Et cela a eu « un impact sur le résultat de la banque lors de ces trois derniers exercices comptables », a-t-il poursuivi.

Récolter les fruits de l’assainissement en 2015

Environ 162 milliards de F CFA (envrion 247 millions d’euros) de ces « crédits sensibles » sont assimilés à des créances douteuses. La Sgbs dispose toutefois de 37 milliards de F CFA (56,4 millions d’euros) de fonds propres, soit « 3,7 fois le minimum requis par la réglementation de la Banque centrale de l’Uemoa » (la Bceao). La filiale sénégalaise de la Société générale, la seule entité africaine du groupe français à avoir connu des difficultés financières en 2014, espère récolter les fruits de ses efforts en 2015, après avoir consacré trois années à assainir son environnement.

« Cette année, la Sgbs ouvrira trois nouvelles agences pour servir au plus près ses clients et embaucher 30 collaborateurs supplémentaires. Un acteur qui investit est un acteur qui entend rester. La Sgbs est dans une dynamique d’ancrage toujours plus fort et de service toujours au plus près des clients », a déclaré Yann de Nanteuil. La Sgbs compte au Sénégal 45 agences, 800 collaborateurs, plus de 450 actionnaires et plus de 177 000 clients. Elle est présente dans ce pays depuis 1963.

>>>> Lire aussiSociété générale s’installe au Togo

 

 

 

 

 

 

 

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte