Banque

Nigeria : 20 banquiers arrêtés pour fraude sur devises

| Par Jeune Afrique
Les personnes arrêtées étaient censées détruire des billets périmés ou abîmés d’une valeur de plusieurs milliards de naira. Ce qu’elles n’ont pas fait. DR

Les personnes arrêtées étaient censées détruire des billets périmés ou abîmés d'une valeur de plusieurs milliards de naira. Ce qu'elles n'ont pas fait. DR ©

La Commission contre les délits économiques et financiers du Nigeria a arrêté six cadres supérieurs de la Banque centrale et 16 autres employés de banques privées, soupçonnés de fraude aux devises, a indiqué son porte-parole.

Six cadres supérieurs de la CBN (Central Bank of Nigeria) et 16 autres employés de banques privées ont été arrêtés à travers le Nigeria dans une affaire de fraude aux devises, a indiqué le lundi 02 mai à l’AFP Wilson Uwujaren, un porte-parole de la Commission contre les délits économiques et financiers (EFCC).

Ces arrestations interviennent quelques jours seulement après la prise de fonction de Muhammadu Buhari. Le nouveau Président, 72 ans, a promis des mesures sévères pour endiguer la corruption endémique qui sévit jusqu’au sommet de l’État.

Selon Wilson Uwujaren, l’agence anti-corruption devrait poursuivre les suspects pour fraude dans les prochains jours. Ils étaient censés détruire des billets périmés ou abîmés d’une valeur de plusieurs milliards de naira, ce qu’ils n’ont pas fait, a-t-il ajouté. Dans un communiqué publié lundi soir, la CBN a précisé avoir elle-même remis à l’EFCC « du personnel peu scrupuleux (…) en vue de poursuites ».

Manœuvres

Pendant un audit interne de routine effectué en septembre 2014, la CBN dit avoir remarqué des anomalies au sein de sa branche d’Ibadan, dans le sud du pays.

« Lors d’une enquête plus poussée ordonnée par le gouverneur (de la Banque centrale), on a découvert qu’il s’agissait d’une manœuvre en place depuis plusieurs années, selon laquelle des billets de banque de valeur importante destinés à être détruits étaient échangés contre des billets de valeur moins importante », dit le communiqué de la CBN.

La Banque centrale, qui assure avoir constaté au terme d’un audit national que cette fraude ne concerne que sa branche d’Ibadan, continuera à collaborer avec l’EFCC pour s’assurer que le personnel de la CBN concerné et leurs complices dans les banques privées seront traduits devant la justice.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte