Assurances

Swiss Re veut renforcer sa présence en Afrique

Vue du siège de Swiss Re à Zurich. Le numéro 2 mondial de la réassurance est actif depuis soixante ans en Afrique et dispose d'un bureau à Johannesburg. © Reuters

Swiss Re, numéro deux mondial de la réassurance, est entré en négociations avec un opérateur nigérian pour une entrée sur le marché de la première économie africaine. Le groupe zurichois compte privilégier une prise de participation minoritaire.

Dans une interview accordée au quotidien nigérian Vanguard le mardi 2 mai, en marge du World Economic Forum on Africa organisé au Cap (Afrique du Sud), Frank O’Neill, directeur général des activités de Swiss Re en Afrique et au Moyen-Orient, a dévoilé que le géant suisse était en négociations pour une prise de participation minoritaire dans un assureur nigérian.

« Nous aimerions compter plus d’investissements dans des pays tels que le Nigeria. […] Mais la difficulté est que les valorisations sont trop hautes. Nous sommes à la recherche des bons partenaires à un prix qui fasse sens. Les négociations sont encore au stade préliminaire, mais nous sommes optimistes quant aux possibilités du marché », a expliqué le responsable de Swiss Re.

S’il a refusé de divulguer le nom de l’assureur nigérian avec lequel Swiss Re est en négociations, Frank O’Neill a indiqué que le groupe suisse comptait poursuivre sa collaboration avec la société d’investissement mauricienne LeapFrog Investments dont il a racheté, en octobre dernier, la participation (26,9 %) dans l’assureur kényan Apollo Investments. Basée à Port-Louis, Leapfrog ne compte qu’une demi-dizaine de participations dans le secteur des assurances en Afrique, parmi lesquelles ARMLife au Nigeria, AllLife en Afrique du Sud, Resolution Insurance au Kenya et Petra Trust, au Ghana.

Croissance

« Avec ces investissements nous cherchons moins à établir une présence qu’à bénéficier de la croissance dans le secteur de l’assurance directe. […] Ils nous permettent également d’avoir un siège au conseil d’administration et d’acquérir une expérience du terrain », a ajouté Frank O’Neill.

Selon une étude de Swiss Re, le Nigeria est le troisième marché de l’assurance du continent (derrière le Maroc et loin derrière l’Afrique du Sud), avec 1,86 milliard de dollars de primes en 2013, un chiffre en hausse de 13,5 %. Le taux de pénétration (0,6% du PIB selon Swiss Re) y est cinq fois inférieur à celui du Maroc.

Créé en 1863, Swiss Re dispose d’un bureau au Cap, en Afrique du Sud, et est déjà actif depuis plus de 60 ans dans la réassurance sur le continent africain. Numéro 2 mondial de la réassurance, derrière l’allemand Munich Re Group, le groupe zurichois a réalisé un chiffre d’affaires de 31,3 milliards de dollars en 2014, pour un bénéfice de 3,5 milliards de dollars.

Récemment, comme l’a révélé Jeune Afrique, Swiss Re a été candidat au rachat des parts d’Emerging Capital Partners dans le leader de l’assurance en Afrique subsahariene francophone, l’ivoirien NSIA. Une opération finalement remportée par la Banque nationale du Canada.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte