Économie

Moody’s relève les perspectives de la Tunisie

Moody’s a confirmé la note de crédit de la Tunisie (« Ba3 ») et relevé ses perspectives de « négatives » à « stables ». Une amélioration que l’agence de notation explique par le redressement de la situation politique et économique du pays.

Par
Mis à jour le 27 mai 2015 à 14:10

L’agence Moody’s a annoncé, le 25 mai, le maintien de la note « Ba3 » attribuée à la Tunisie et à la Banque centrale de Tunsie – une note égale à celle du Nigeria, du Gabon et du Congo-Brazzaville, mais inférieure à celles du Maroc (« Ba1 »), de la Namibie (« Baa3 »), de l’Afrique du Sud (« Baa2 ») et de Maurice (« Baa1 »).

Moody’s a toutefois relevé les perspectives de la note de Tunisie, qui passent de « négatives » à « stables », comme l’avait fait sa consoeur Fitch en mars dernier, confirmant elle aussi la notation du pays (« BB-« ). Moody’s explique sa décision par trois facteurs : une baisse significative du risque politique intérieur – conséquence de la réussite de la transition démocratique et de l’installation d’un gouvernement inclusif -; la résorption des difficultés de financement externe ; et la réduction progressive des déséquilibres budgétaires et extérieurs.

Tunis bénéficie en effet d’un soutien continu des bailleurs de fonds, qu’il s’agisse de l’Union européenne, de la Banque européenne d’investissement ou de la BERD ; d’institutions internationales telles que le FMI et la Banque mondiale, ou de pays tels que le Japon et les États-Unis. Le succès de l’emprunt obligataire de 1 milliard de dollars émis par la Tunisie le 27 janvier dernier a également joué en faveur d’un relèvement des perspectives de la note du pays, explique Moody’s.

Équilibres macroéconomiques

L’agence note également la reprise de la croissance. Estimée à 2,4 % en 2014, elle pourrait atteindre 3 % en 2015 et 4,1 % en 2014 selon les chiffres du rapport Perspectives économiques en Afrique 2015 [PDF]. Moody’s se félicite en outre de l’amélioration des grands équilibres macroéconomiques. Le déficit budgétaire du pays, estimé à 6,8 % du PIB en 2013, est passé à 4,9 % fin 2014 selon Moody’s et devrait rester autour de 5,3 % en 2015 puis baisser à 4,2 % en 2016. Le déficit des comptes courants, établi à 9,2 % du PIB en 2014, selon l’agence de notation, devrait se résorber à moyen terme. Selon Perspectives économiques, il devrait baisser à 6 % en 2015 et 5,5 % en 2016.

>>>> Perspectives économiques : la BAD appelle à « libérer le potentiel des économies locales »

Moody’s met toutefois l’accent sur la persistance des difficultés des banques publiques en Tunisie et appelle à la rapide mise en oeuvre du programme de recapitalisation et de réforme de ce secteur. L’agence exhorte également les autorités à poursuivre les réformes fiscales visant à promouvoir une croissance plus inclusive.

 >>>> Réformer les banques publiques tunisiennes, mission impossible ?