Politique

RDC : deux morts à Beni, les tueries se poursuivent

Depuis octobre, plus de 350 personnes ont été tuées à Beni, dans l’est de la RDC. Dans le même territoire, une nouvelle embuscade attribuée aux ADF a fait jeudi deux morts.

Par
Mis à jour le 22 mai 2015 à 17:31

Un véhicule de l’ONU brûlé dans une embuscade à Beni, dans l’est de la RDC, le 5 mai 2015. © Kudra Maliro/AFP

"Un camion est tombé dans une embuscade des ADF [Forces démocratiques alliées, un groupe armé ougandais actif dans l’est de la RDC, NDRL]", jeudi vers 17 heures à une cinquantaine de km au nord de Beni, "et il y a eu deux morts et trois blessés", a déclaré, le 22 mai, Amisi Kalonda, l’administrateur du territoire de Beni.

Un couple est porté disparu depuis cette attaque qui a visé aussi un village où les rebelles ont "pris quelques chèvres et une quantité de haricots", a ajouté Amisi Kalonda. Selon un porte-parole militaire, le major Victor Masandi, les Forces armées de la RDC (FARDC) sont intervenues et "ont réussi à disperser les assaillants" après un "échange de tirs nourris".

Plus de 350 morts en sept mois

L’officier n’a pas fourni de bilan de l’attaque et des affrontements en termes de morts ou blessés. Depuis octobre, une succession de massacres attribués aux ADF a fait plus de 350 morts dans la région de cette plaque tournante pour le commerce et le trafic du bois. Des tueries à répétition à l’origine d’un mouvement de contestation populaire depuis le 11 mai accusant l’État de faillir à son devoir de protéger la population.

>> Lire aussi : La situation explosive de Beni expliquée en 4 points

Après quelques journées "villes mortes" à Beni et dans d’autres centres urbains importants du territoire, plusieurs ONG locales ont appelé cette semaine à la désobéissance civile, incitant la population à ne pas payer les taxes. Jeudi et vendredi, les habitants de toute la province du Nord-Kivu étaient en effet appelés à s’habiller en noir en signe de deuil.

>> Lire aussi :  À Beni, des manifestants déboulonnent la statue de Joseph Kabila