Politique

Burkina Faso : Me Bénéwendé Sankara désigné candidat des « sankaristes » à la présidentielle

| Par Jeune Afrique
Me Bénéwendé Sankara le 8 novembre 2014 à Ouagadougou.

Me Bénéwendé Sankara le 8 novembre 2014 à Ouagadougou. © Issouf Sanogo/AFP

L’avocat et homme politique Bénéwendé Sankara a été désigné dimanche lors d’un congrès, candidat des « sankaristes » à l’élection présidentielle qui doit se tenir le 11 octobre prochain au Burkina Faso.

Âgé de 56 ans, Me Sankara, qui n’a aucun lien de parenté avec le capitaine Thomas Sankara, a été désigné le 17 mai lors d’une convention réunissant neuf partis politiques et des associations dits sankaristes, à laquelle plusieurs centaines de personnes ont assisté.

"La prochaine étape, c’est aller au charbon et réaliser ce que nous avons promis à nos militants (…) : apporter la victoire, rien que la victoire le soir du 11 octobre 2015", a lancé Bénéwendé Sankara qui a fondé en 2000 l’Union pour la renaissance/Parti sankariste (UNIR/PS). Élu deux fois député, il avait appelé – en vain – M. Compaoré à démissionner en 2011, après une vague de manifestations et de mutineries.

Deux fois candidat malheureux aux présidentielles de 2005 et 2010 face à Blaise Compaoré, renversé fin octobre par une insurrection populaire après 27 ans de règne, Me Sankara a longtemps été qualifié d’"avocat des causes perdues" au Burkina.

Défenseur des étudiants grévistes poursuivis par l’ancien pouvoir, il s’est illustré dans l’affaire Norbert Zongo, un journaliste assassiné en 1998 alors qu’il enquêtait sur la disparition du chauffeur de François Compaoré, le frère cadet du président Compaoré. Il est aussi l’avocat principal dans l’emblématique dossier Thomas Sankara, rouvert fin mars après deux décennies de combats politico-juridiques sans suite sous l’ancien régime.

>> Lire aussi Burkina Faso : code électoral sous surveillance

Mariama Sankara en "guest star"

Présente à la convention, Mariam Sankara, la veuve de l’ex-président tué le 15 octobre 1987 lors du coup d’État qui porta M. Compaoré au pouvoir, a appelé à une "insurrection électorale" en faveur des sankaristes. Elle est rentrée le 15 mai au Burkina Faso, pour la deuxième fois seulement depuis l’assassinat de son époux, afin d’être entendue par un juge d’instruction militaire dans le cadre de l’assassinat de son mari.

La figure de Thomas Sankara, révolutionnaire loué pour son intégrité et icône du panafricanisme, a été abondamment revendiquée durant le soulèvement populaire qui a conduit à la chute du président Compaoré.

Des élections présidentielle et législatives se tiendront le 11 octobre au Burkina afin de doter ce pays pauvre sahélien de nouveaux dirigeants après la "transition démocratique" d’un an mise en place après la chute de Blaise Compaoré.

>> Lire aussi Mariam Sankara : "J’ai confiance dans la justice burkinabè maintenant"

(Avec AFP)
 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte