Politique

Burundi : Pierre Nkurunziza limoge les ministres de la Défense et des Affaires étrangères

De nouvelles manifestations anti-Nkurunziza à Bujumbura le 18 mai 2015. © Carl de Souza/AFP

Après l'échec de la tentative de putsch contre lui et alors que les manifestations contre un troisième mandat reprennent progressivement à Bujumbura, le président Pierre Nkurunziza a procédé lundi à un remaniement de l’équipe gouvernementale.

Au lendemain de sa première réapparition en public après la tentative de coup d’État contre lui, le président burundais a procédé à un remaniement de son gouvernement. Trois ministres ont été limogés, dont les titulaires des portefeuilles de la Défense et des Affaires étrangères.

"Le ministre de la Défense Pontien Gaciyubwenge est remplacé par Emmanuel Ntahonvukiye, un civil", a annoncé le porte-parole de la présidence, Gervais Abayeho. C’est la première fois depuis une cinquantaine d’années qu’un civil occupe ce poste-clé au Burundi. M. Ntahonvukiye est un ancien magistrat qui a dirigé la Cour anti-corruption, et il est apolitique, selon la présidence.

Au ministère des Relations extérieures, Alain Aimé Nyamitwe, jusqu’ici ambassadeur du Burundi auprès de l’Union africaine (UA) succède à Laurent Kavakure. La ministre du Commerce, Virginie Ciza, est elle aussi remplacée, par Irina Inantore.

"Le président de la république a des pouvoirs que lui confère la Constitution, notamment de pouvoir changer l’équipe gouvernementale. Il estime que le moment est venu et que c’est un pouvoir discrétionnaire", a simplement commenté le porte-parole.

>> Lire aussi l’interview de Pacifique Nininahazwe : "On ne peut négocier que le renoncement de Nkurunziza"

Mauvaise gestion des manifestations anti-Nkurunziza

Ce remaniement ministériel intervient alors que le Burundi est plongé dans une grave crise politique depuis fin avril, avec un mouvement de contestation populaire contre la candidature du président Nkurunziza à un troisième mandat à l’élection présidentielle du 26 juin. Ces manifestations, sévèrement réprimées par la police, ont été émaillées de nombreuses violences qui ont fait une vingtaine de morts.

En milieu de semaine dernière, une tentative de coup d’Etat menée par un groupe d’officiers disant agir au nom du peuple mécontent a échoué. Les manifestations anti-Nkurunziza ont repris lundi à Bujumbura, gérées avec difficulté par l’armée qui a remplacé la police dans la rue.

Selon un haut-cadre du parti au pouvoir, s’exprimant sous couvert d’anonymat, le ministre de la Défense est victime de sa gestion des manifestations et des ordres qu’il a donné, lesquels semblaient contredire ceux du président. Le ministre des Relations extérieures, lui, n’a pas été jugé à la hauteur de sa têche. Il n’est pas parvenu à expliquer les questions de l’heure et à convaincre la communauté internationale du bienfondé d’un 3e mandat de Nkurunziza, a ajouté cette source. Quant à la ministre du Commerce, elle est limogée alors que le Burundi connait depuis trois mois une grosse pénurie de produits pétroliers.

>> Lire aussi Burundi : Nkurunziza à la Fifa ?

(Avec AFP)
 

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte