Politique

Côte d’Ivoire : Gbagbo-Affi, l’émissaire de la dernière chance

La crise au sein du Front populaire ivoirien (FPI) continue, mais certains n’ont pas perdu l’espoir de réconcilier Pascal Affi N’Guessan et Laurent Gbagbo. 

Par
Mis à jour le 19 mai 2015 à 20:02

L’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo. © Michael Kooren/AP/SIPA

C’est dans ce but qu’un émissaire proche de l’ancien chef de l’État mais pas insensible à la ligne incarnée par le président du FPI a quitté Abidjan le 12 mai pour se rendre à La Haye, où il devait rencontrer Gbagbo dans le centre de détention de la Cour pénale internationale, à Scheveningen.

>> À lire aussi : 4 ans après la chute de Gbagbo, les caciques de l’ancien régime ont choisi leur camp

Auparavant, le mystérieux médiateur s’était enquis auprès de plusieurs responsables du FPI des possibilités de sortie de crise. Désireux lui aussi de rendre visite à son ancien mentor, Affi N’Guessan n’a en revanche pas obtenu gain de cause.

>> À lire aussi : trois cadres du parti de Laurent Gbagbo pacés en détention

Dans un premier temps, Gbagbo avait certes, selon un de ses proches, donné son accord de principe, mais il a fini par exiger que son ancien Premier ministre soit accompagné par Abou Drahamane Sangaré et Hubert Oulaye, deux de ses fidèles. Condition difficilement réalisable, puisque la justice interdit à Sangaré de quitter le territoire ivoirien.

>> À lire aussi : Quelle stratégie pour les frondeurs du FPI, désavoués par la justice ivoirienne?