Défense

Tunisie : contre la contrebande, l’électronique !

Un contrôle de la douane tunisienne, au poste de frontière de Ras Ajdir, dans le sud tunisien

Un contrôle de la douane tunisienne, au poste de frontière de Ras Ajdir, dans le sud tunisien © Ali Manssour/AP/SIPA

Habib Essid, le Premier ministre tunisien, et Slim Chaker, son ministre des Finances, ont donné carte blanche à Adel Ben Hassine, le directeur général des douanes fraîchement nommé, pour lutter contre le fléau de la contrebande.

Ce jeune énarque, qui fut gouverneur de Tunis pendant la révolution, hérite d’un poste ultrasensible : ses quatre prédécesseurs depuis 2011 s’y sont cassé les dents. Il devra achever le verrouillage électronique de la frontière avec la Libye lancé par le gouvernement de Mehdi Jomâa, mais aussi simplifier les tarifs douaniers.

Ce projet heurte les intérêts des gros bonnets de la contrebande, qui sont soupçonnés d’alimenter en sous-main les troubles qui secouent le sud du pays depuis quelques mois. La connivence – pour ne pas dire plus – entre réseaux de trafiquants et filières de soutien aux jihadistes constitue un risque majeur pour la sécurité de la Tunisie.

>> À lire aussi : Tunisie : à Ben Guerdane, un vent de colère souffle sur la route de la contrebande

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte