Tourisme

Premier hôtelier d’Abidjan, Accor refuse de céder du terrain

Le Sofitel Ivoire compte désormais plus de 429 chambres, contre 207 avant les travaux. © Nabil Zorkot

Pour faire face à l'arrivée de concurrents, le groupe français relance ses investissements en Côte d'Ivoire.

Leader de l’hôtellerie en Côte d’Ivoire avec cinq établissements à Abidjan (un Sofitel, un Pullman, un Novotel et deux Ibis), Accor va lancer un ambitieux plan d’investissement visant leur rénovation et l’extension de leurs capacités d’accueil. Une stratégie à laquelle la profusion de projets concurrents n’est pas étrangère. Dans la seule capitale économique, plus de dix hôtels sont en construction, sous l’impulsion de groupes ivoiriens et panafricains notamment. Le signe d’une renaissance du secteur, qui avait subi de plein fouet dix années de crise sociopolitique et militaire.

Le groupe international Carlson Hotel bâtit ainsi, avec l’homme d’affaires ivoiro-malien Cessé Komé, un Radisson Blu de 252 chambres pour 25 milliards de F CFA (plus de 38 millions d’euros) près de l’aéroport d’Abidjan. Dans le quartier de Marcory, à quelques encablures de l’Ibis, le groupe Azalaï a pour sa part lancé – via la Compagnie hôtelière de la lagune (CHL), sa filiale ivoirienne – la construction d’un nouvel établissement. Le groupe Teyliom International, du Sénégalais Yérim Sow, conduit depuis plusieurs mois les travaux du futur hôtel Noom (179 chambres au moins) dans le quartier d’affaires du Plateau, à côté du Pullman et face au Sofitel Ivoire. Le tout pour 29 milliards de F CFA. Tandis que Heden Hôtels & Resorts, qui réunit des privés ivoiriens, dont Georges Angama, prévoit à court terme des travaux de réhabilitation et d’extension pour le Golf Hotel.

>>>> Lire aussi – Dossier tourisme : course de vitesse pour les deux et trois-étoiles en Afrique

Kinshasa

Face à cette effervescence, Accor réagit – même si, en interne, on soutient que ces investissements s’intègrent dans une stratégie de longue date. Pour la seule année en cours, le groupe français va investir plus de 24 milliards de F CFA. « Nous avons commencé la réhabilitation et la rénovation du Novotel Plateau, qui coûteront 7 milliards de F CFA, ce qui portera sa capacité de 201 à 256 chambres », explique Olivier Fort, le directeur administratif et financier d’Accor à Abidjan. Des chantiers de rénovation et d’extension sont aussi prévus au Pullman pour 17 milliards de F CFA. Le nombre de chambres passera de 209 à 236. Quant au Sofitel Ivoire, il compte désormais plus de 429 chambres, contre 207 auparavant. Les deux Ibis de la capitale économique, au Plateau et sur le boulevard Valéry-Giscard-d’Estaing, ont de leur côté connu de sérieuses transformations.

Concentré à Abidjan, Accor accroît sa capacité totale de 932 à 1 200 chambres de tout standing. Une expansion inscrite dans une stratégie de développement continental, avec 3 600 nouvelles chambres programmées. Ainsi, après avoir repris le Grand Hôtel de Kinshasa en 2014, Accor prévoit d’ouvrir cette année un Pullman dans la capitale congolaise. 

À Dakar, ça bouge aussi…

Un peu vieillot, le Pullman Teranga Dakar va bénéficier de travaux du même montant que celui d’Abidjan. Un budget prévisionnel de 17 milliards de F CFA (près de 26 millions d’euros) a été arrêté. Pour apporter une nouvelle jeunesse à l’établissement, les 230 chambres seront entièrement refaites et leur nombre sera augmenté. Accor ne lésine pas sur les moyens : le groupe a fait appel au célèbre cabinet français d’architectes Design Studio pour relooker l’hôtel.

Par Baudelaire Mieu, à Abidjan

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte