Économie

Le FMI proroge de six mois son programme d’aide à la Tunisie

Le FMI a prolongé de six mois la durée de son programme de soutien à la Tunisie. L’accord de financement, d’une valeur totale de 1,75 milliard de dollars, approuvé en 2013 aurait dû s’achever en juin 2015. Il a été prorogé jusqu’au 31 décembre.

Par
Mis à jour le 20 mai 2015 à 14:21

La Française Christine Lagarde est la directrice générale du FMI. © Bruno Lévy pour J.A.

Réuni le 11 mai, le conseil d’administration du Fonds monétaire international a prorogé jusqu’au 31 décembre 2015 son programme de soutien à la Tunisie. Approuvé en juin 2013 pour une durée de 24 mois, cet accord porte sur un prêt de 1,75 milliard de dollars dont environ 1,15 milliard ont été pour l’instant déboursé.

Dans un communiqué publié le 19 mai, le FMI indique que cette prorogation a été approuvée « afin de permettre aux autorités tunisiennes de mettre en oeuvre les politiques nécessaires pour la réalisation des engagements du pays – notamment en ce qui concerne les réformes fiscales et bancaires – visant à réduire les vulnérabilités de l’économie et impulser une croissance plus forte et plus inclusive ».

Revue

Une mission du FMI est attendue à Tunis à la fin du mois de mai, dans le cadre de la 6e revue des résultats obtenus par la Tunisie au titre du programme économique. Des conclusions de cette mission dépend l’approbation du décaissement des prochaines phases du financement prévu par le Fonds monétaire international. En décembre, à l’issue de la 5e revue menée par ses équpes, le FMI avait approuvé le versement d’environ 105 millions de dollars.

Dans l’édition de mai 2015 de son rapport sur les perspectives économiques de la région, le FMI estime que la Tunisie devrait connaître une croissance de 3 % en 2015, contre 2,3 % l’an dernier. L’institution internationale s’attend toutefois à une dégradation des comptes publics, avec un déficit du « solde global des administrations publiques » estimé à -5,1 % du PIB, contre – 3,8 % en 2014. 

Lire aussi :

Tunisie : le FMI se dit prêt à soutenir le prochain gouvernement

Afrique du Nord : le FMI s’attend à une reprise en dépit du contexte sécuritaire

Chedly Ayari : « Pas besoin de nous inonder de capitaux »