Médias

Claudy Siar suspend sa grève de la faim pour le contrôle de Tropiques FM

Claudy Siar devant les locaux de Tropiques FM. © Claudy Siar/Facebook

L'animateur Claudy Siar, fondateur de Tropiques FM, a suspendu mercredi sa grève de la faim entamée le 6 mai pour obtenir gain de cause dans le conflit qui l'oppose à son associé, Stéphane Mouangué, actionnaire majoritaire de la radio.

Mise à jour le 14/05 à 17h

Claudy Siar a suspendu sa grève de la faim mercredi 13 mai. L’animateur a fait savoir qu’un rendez-vous de concialiation entre les deux parties était programmé au CSA mardi 19 mai.

L’ancien délégué interministériel pour l’égalité des chances des Français d’Outre-mer, Claudy Siar, était depuis le 6 mai en grève de la faim. Objectif, apparemment atteint : se faire entendre dans son combat face à Stéphane Mouangué, actionnaire majoritaire de Tropiques FM, radio dont Claudy Siar est également fondateur et actionnaire minoritaire.

L’affaire commence en 2012, lorsque Claudy Siar, à sa sortie du gouvernement, n’est pas autorisé à reprendre sa fonction de gérant de Tropiques FM. Un poste occupé depuis son départ en 2011 par la compagne de Stéphane Mouangué, Valérie Rousseau.

Un conflit éditorial

Depuis, le célèbre animateur de radio se démène pour récupérer le contrôle de Tropiques FM, et entamer le 6 mai une grève de la faim devant les locaux de la station. Au coeur du conflit : un différend éditorial concernant les missions de la radio, née en 2007.

Claudy Siar accuse l’actionnaire majoritaire d’avoir bouleversé l’identité de Tropiques FM. Et de l’avoir transformée en radio commerciale, au détriment de son identité communautaire. "Le 10 mai, journée consacrée à la commémoration de l’abolition de l’esclavage, pas un mot n’a été prononcé sur le sujet à l’antenne", accuse-t-il. "Il y a un non-respect des missions de cette radio", dénonce l’animateur.

"Du chantage", selon l’actionnaire majoritaire

Au septième jour de privation de nourriture, l’animateur se montrait toujours déterminé. "La seule chose qui m’importe, c’est que Tropiques FM reste la radio des Français d’Outre-mer", assurait-il à jeune Afrique.

De son côté, Stéphane Mouangué, actionnaire majoritaire, crie au "chantage". "La radio fonctionne bien mieux sans lui", assure-t-il au Parisien . Sollicité par Jeune Afrique, Stéphane Mouangué n’a cependant pas souhaité réagir.

Claudy Siar débouté en justice

Le conflit entre les deux hommes est remonté jusqu’au CSA, le Conseil supérieur de l’audiovisuel. L’instance, incompétente en matière de résolution de conflits internes et propres à la gestion de l’entreprise, souligne tout de même s’être "préoccupé du dossier dès 2013". Et rappelle dans un communiqué avoir déjà "mis en garde la station le 4 février 2015, en raison d’une durée insuffisante des informations et des rubriques locales".

L’affaire est également allée en justice en décembre 2014. Claudy Siar et Patrick Lemure, deuxième actionnaire minoritaire, qui possèdent respectivement 40% et 5% de Tropiques FM, avaient été déboutés par le tribunal de commerce de Nanterre.

La bataille pour le contrôle de Tropiques FM a fait grand bruit : une pétition en faveur du combat de Claudy Siar a déjà reçu plus de 18 500 signatures. De nombreuses personnalités ont également rejoint la mobilisation sur les réseaux sociaux. Parmi eux, les rappeurs Passy, Somy Bugsy, Youssoupha, Kery James ou encore Soprano :

>> Lire aussi Télévision : "Claudy Show" ou le Siar system

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte