Justice

Le procès d’Hissène Habré s’ouvrira le 20 juillet à Dakar

L'ex-président tchadien Hissène Habré, en 2013.

L'ex-président tchadien Hissène Habré, en 2013. © AFP

L'ex-président tchadien a été arrêté le 30 juin 2013 à Dakar, puis inculpé le 2 juillet 2013 par le tribunal spécial.

Le procès de l’ex-président tchadien Hissène Habré, poursuivi pour "crimes contre l’humanité, crimes de guerre et crimes de torture", s’ouvrira le 20 juillet à Dakar, où il est en détention préventive depuis juillet 2013, a annoncé mercredi le tribunal spécial chargé de le juger.

>> Lire aussi : Sénégal-Tchad : pour Hissène Habré, le compte à rebours a commencé

"La session de la Cour d’assises des Chambres africaines extraordinaires chargées de juger M. Hissène Habré s’ouvrira le lundi 20 juillet 2015 à 9h" à Dakar, affirme dans un communiqué ce tribunal spécial créé par l’Union africaine (UA) à la suite d’un accord avec le Sénégal signé en décembre 2012. Tous les juges ont été nommés par la présidente de la Commission de l’UA, Nkosazana Dlamini-Zuma

Crimes de guerre, crimes contre l’humanité et tortures

Hissène Habré a dirigé le Tchad de 1982 à 1990, date à laquelle il a été renversé par l’actuel président Idriss Deby Itno. Il a été inculpé de crimes de guerre, crimes contre l’humanité et tortures. Depuis sa chute, il vit en exil au Sénégal.

Il a été arrêté le 30 juin 2013 à Dakar puis inculpé le 2 juillet 2013 par le tribunal spécial et placé en détention préventive. En février, à l’issue de 19 mois d’instruction, il a été renvoyé devant la cour d’assises des CAE, les magistrats instructeurs concluant qu’il y avait suffisamment de preuves pour le juger pour les chefs d’inculpation retenu à son encontre.

Satisfaction des victimes

L’organisation Human Rights Watch (HRW) a fait part de sa satisfaction à l’annonce de la date du procès. "Il a fallu attendre 24 ans, mais finallement, la justice a rattrapé Hissène Habré", a déclaré Reed Brody de HRW dans un communiqué.

Les victimes de l’ex-président tchadien ont également exprimé leur soulagement. "Je veux regarder Hissène Habré dans les yeux et lui demander pourquoi j’ai pourri en prison pendant trois ans et pourquoi mes amis ont été torturés et tués", a déclaré à HRW Souleymane Guengueng, fondateur de l’association des victimes et des crimes du régimes d’Hissène Habré.

>> Lire aussi : Tchad : qui sont les sept complices de Hissène Habré condamnés à perpétuité ?

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte