Politique

Le groupe Al-Mourabitoune de Belmokhtar annonce son allégeance à l’EI

L'Algérien Mokhtar Belmokhtar.

L'Algérien Mokhtar Belmokhtar. © AFP

"Le mouvement Al-Mourabitoune annonce son allégeance au calife des musulmans Abou Baqr al-Baghdadi", a affirmé jeudi dans un enregistrement audio un responsable du mouvement armé terroriste.

Un responsable du mouvement jihadiste Al-Mourabitoune, de l’Algérien Mokhtar Belmokhtar, a annoncé l’allégeance de ce groupe terroriste à l’organisation de l’État islamique (EI), dans un enregistrement audio diffusé par l’agence mauritanienne privée Al-Akhbar.

"Le mouvement Al-Mourabitoune annonce son allégeance au calife des musulmans Abou Baqr al-Baghdadi, bannissant ainsi les divisions et les dissensions au sein de la Nation", affirme en arabe Adnan Abou Walid Sahraoui dans cet enregistrement écouté jeudi par l’AFP. Al-Akhbar a assuré avoir authentifié la voix comme étant celle de Adnan Abou Walid Saharaoui, ce qui n’a pu être immédiatement confirmé par d’autres sources.

Adnan Abou Walid Sahraoui s’est plusieurs fois exprimé au nom du Mujao mais aussi d’Al-Mourabitoune, notamment pour revendiquer des enlèvements ou attaques dans le nord du Mali. Dans sa déclaration, il invite "tous les mouvements jihadistes à prêter allégeance" au chef de l’EI "pour unifier la parole des musulmans et resserrer leurs rangs".

L’agence Al-Akhbar rapporte par ailleurs que le responsable jihadiste serait désormais le nouvel "émir" (chef) d’Al-Mourabitoune.

>> Lire aussi : Mokhtar Belmokhtar, le parrain du Sahelistan

Al-Mourabitoune en perte de vitesse ?

Al-Mourabitoune est né en 2013 de la fusion des "Signataires par le sang" de Mokhtar Belmokhtar – un ex-chef d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), cerveau d’une massive et meurtrière prise d’otages sur le site gazier algérien d’In Amenas – et du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), un des groupes jihadistes ayant contrôlé le nord du Mali pendant près d’un an, entre le premier trimestre 2012 et début 2013.

Pour Isselmou Ould Salihi, expert mauritanien du jihadisme dans le Sahel, cette déclaration d’allégeance pourrait être liée à une certaine perte de vitesse et poserait des questions "au sujet du mouvement et de son chef Belawar", surnom de Belmokhtar.

"Dans tous les cas, la montée en puissance d’Abou Walid Sahraoui, qui signe le communiqué en lieu de Belmokhtar, et le changement de cap idéologique ainsi annoncé par le mouvement qui quitte Al-Qaida pour l’EI est la première lecture que l’on peut faire d’une perte de vitesse évidente du mouvement", a affirmé M. Ould Salihi.

>> Lire aussi : Tunisie : l’Algérien Belmokhtar derrière l’attentat du Bardo ?

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte