Politique

RDC : la justice sud-africaine abandonne les poursuites contre le pasteur Mukungubila

Le pasteur Paul-Joseph Mukungubila. © Facebook/Ministère de la restauration à partir de l'Afrique noire

Le tribunal de Johannesburg a décidé vendredi d’abandonner les poursuites engagées contre le pasteur Paul-Joseph Mukungubila, qui était accusé d'avoir fomenté les attaques du 30 décembre 2013 à Kinshasa, pour "insuffisance des preuves".

Mis à jour le 16/05 à 11h59.

Une année après des poursuites engagées contre lui en Afrique du Sud, le pasteur Paul-Joseph Mukungubila est libre. À en croire celui qui a été soupçonné d’être le commanditaire des attaques du 30 décembre 2013 contre plusieurs lieux stratégiques de Kinshasa, Kolwezi et Kindu, la justice sud-africaine a abandonné vendredi 15 mai l’instruction de l’affaire pour "insuffisance des preuves".

>> Lire aussi : Quatre choses à savoir sur Paul-Joseph Mukungubila

"Kinshasa n’a pas pu apporter des preuves suffisantes pour démontrer ma culpabilité dans cette affaire", a affirmé à Jeune Afrique le pasteur Paul-Joseph Mukungubila, "prophète de l’éternel" du Ministère de la restauration à partir de l’Afrique noire (son culte).

 

Aujourd’hui, 15 Mai 2015, la justice Sud Africaine vient de déclarer le prophète de l’Eternel Joseph Mukungubila…

Posted by Le Ministère de la Restauration à partir de l’Afrique noire on vendredi 15 mai 2015

>> Lire aussi l’interview du pasteur Paul-Joseph Mukungubila : "Ils nous ont massacrés pour rien"

Mukungubila demande la libération de ses adeptes

Le pasteur se dit "satisfait" de l’instruction de cette affaire par la justice sud-africaine qui "a rétabli la vérité". "Mes adeptes ont été massacrés alors qu’ils manifestaient mains nues notamment devant la RTNC, la radio et télévision nationales congolaises", insiste-t-il, exigeant "la libération de tous ses fidèles qui sont détenus arbitrairement à Kinshasa depuis une année".

La justice congolaise poursuit en ce moment une centaine d’adeptes du pasteur Mukungubila pour "organisation d’un mouvement insurrectionnel". Ils sont détenus à la prison militaire de Ndolo dans la capitale congolaise mais aussi dans le Katanga.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte