Dossier

Cet article est issu du dossier «Cameroun : mobilisation générale !»

Voir tout le sommaire
Technologies

Jeu vidéo : Aurion, un Fantasy à l’africaine

Un graphiste au travail dans la "grotte", les locaux de la jeune entreprise à Yaoundé © Aurion

La société Kiro'o Games lance Aurion, un jeu vidéo entièrement conçu au pays. Séduira-t-il les marchés américain et européen ?

Tapis dans leur "grotte" à Yaoundé, les dessinateurs et les développeurs de Kiro’o Games se préparent à conquérir le monde… En tout cas celui des jeux vidéo ! Le financement du premier volet de leur saga Aurion : l’héritage des Kori-Odan étant bouclé, ils vont pouvoir se lancer à l’assaut du marché dans les mois qui viennent.

>> À lire aussi : Racistes, les jeux vidéos ?

L’idée d’Olivier Madiba, aujourd’hui à la tête de Kiro’o Games et de sa vingtaine d’employés, a germé en 2003, alors qu’il était encore sur les bancs de l’université de Yaoundé. Il a fallu patienter dix ans, au gré des formations et des investissements, pour que le studio devienne enfin opérationnel. "Nous avons eu des difficultés d’accès à internet et à l’électricité. Au début, nous avons même dû dormir sur place pendant deux mois", se souvient cet entrepreneur de 29 ans, qui indique l’emplacement de son ancien lit de camp, à quelques centimètres de son bureau.

>> À lire aussi : Les Africains marquent des points dans les jeux vidéo

Malgré le parrainage du ministère des Arts et de la Culture, la reconnaissance tarde à venir. "Beaucoup ne comprennent pas ce que nous faisons. Certains croient encore qu’on a ouvert une salle de jeu", s’amuse le jeune homme. Cela n’a pas empêché Kiro’o Games de franchir les étapes les unes après les autres. Pour boucler le financement, l’équipe a lancé mi-2013 un appel à contribution auprès de la communauté des joueurs, leur proposant d’acheter des parts du jeu selon un système proche du crowdfunding (financement participatif).

En ce début d’avril, la société a réussi à rassembler les 120 millions de F CFA (plus de 182 500 euros) nécessaires. Une somme relativement faible dans cet univers, mais qui a permis de poursuivre le développement du jeu et de commencer à le faire connaître. "Les joueurs qui l’ont testé en avant-première sur des sites spécialisés ont apprécié. Les commentaires sont très élogieux", se réjouit Olivier Madiba, qui entrevoit déjà le succès… en dehors du continent. "Il y a un marché en Afrique, mais il n’est pas organisé. On vise surtout les Européens et les Américains", reconnaît-il.

 

Erine Evou, la fiancée d’Enzo Kori-Odan, prince de Zama, l’aide dans sa lutte pour récupérer son trône © Aurion

 

Ce jeu vidéo de fantasy à la mode africaine aura la lourde tâche de séduire un public occidental qui bénéficie déjà d’une offre abondante. L’histoire se veut donc exotique, mais accessible à toutes les cultures. Le personnage principal, Enzo Kori-Odan, prince de Zama, cherche en compagnie de sa fiancée, Erine Evou, à retrouver son trône, usurpé par son beau-frère.

Contraint à l’exil, le couple royal va parcourir le monde et, au fil de ses aventures, "acquérir des compétences guerrières" qui aideront Enzo à récupérer son héritage. "Aurion est assez différent des autres jeux de fantasy, explique Olivier Madiba. Il n’y a pas d’elfe, de nain ou de ninja… On a développé une thématique aux racines africaines. Le défi, c’est de rendre ce jeu universel."

"Open space"

En réunissant assez de soutiens auprès de ses utilisateurs, le premier volet d’Aurion a reçu début mars le feu vert pour une commercialisation via la plateforme américaine Steam, une référence dans le milieu. Une avancée de taille dans la conquête du marché américain, avant d’attaquer la scène continentale.

"Nous cherchons un partenaire dans la production de disques pour pouvoir être distribués au Cameroun, au Nigeria, en Afrique du Sud ou au Ghana", explique le dirigeant de Kiro’o Games, qui ambitionne de faire de sa société "le premier éditeur de jeux vidéo en Afrique".

"Nous verrons ensuite si nous étendrons notre activité aux secteurs des jeux mobiles et du dessin animé, tout en poursuivant la saga Aurion." Avant cela, le premier chantier sera plus terre à terre : Kiro’o Games a prévu de changer de locaux. Objectif : quitter la "grotte" et s’offrir un open space. Et, pourquoi pas, des panneaux solaires et une meilleure connexion à internet.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte