Banque

Michaël Adandé part sur un échec

Michaël Adandé a pris les commandes de la BDEAC en 2010. DR

Michaël Adandé a pris les commandes de la BDEAC en 2010. DR ©

Michaël Adandé n’a pas réussi à boucler l’emprunt obligataire de 75 milliards de F CFA annoncé par la Banque de développement des États d’Afrique centrale. C’est sur cette note qu’il quitte la présidence de l’institution régionale.

Le Gabonais Michaël Adandé quitte la présidence de Banque de développement des États de l’Afrique centrale (BDEAC) sans avoir réussi à boucler l’emprunt obligataire annoncé de 75 milliards de F CFA (près de 115 millions d’euros). Échaudées par l’échec de la levée de 35 milliards de F CFA l’an dernier, les sociétés de Bourse rechignent à s’engager, tandis que la Commission de surveillance du marché financier de l’Afrique centrale (Cosumaf) a décelé des « anomalies techniques » dans le dossier.

Est-ce pour cette raison que Michaël Adandé a décapité la direction des finances le 4 mai, deux jours avant le sommet de la Cemac, où son remplacement a été décidé ? L’épisode a en tout cas entamé le moral des équipes de l’institution, désormais menées par le Tchadien Abbas Mahamat Tolli.

Communauté

Basée à Brazzaville, la BDEAC est l’institution de financement du développement de la Communauté économique et monétaire des États de l’Afrique centrale (CEMAC). En 2013, ses engagements ont atteint 165,6 milliards de F CFA et elle a enregistré un résultat net de 4,2 milliards de F CFA.

Lire aussi :

Théodore Ejangue : « Nous voulons une intégration des places financières d’Afrique centrale »

Afrique centrale : bientôt un fonds de pension pour la BDEAC ?

La BDEAC va augmenter son capital de 500 millions de dollars

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte