Économie

Le siège de la CEMAC va revenir à Bangui

| Par
Siège de la Cemac à Bangui, en Centrafrique. DR

Siège de la Cemac à Bangui, en Centrafrique. DR ©

La Cemac va rétablir d’ici un mois son siège dans la capitale centrafricaine, à la suite de l’accord de démobilisation des milices conclu dimanche dernier.

La Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) va rétablir d’ici un mois son siège à Bangui, à la suite de l’accord de démobilisation des milices conclu dimanche dernier en République centrafricaine.

Les combats en Centrafrique entre miliciens chrétiens « anti-balaka » et ex-rebelles de la Séléka, majoritairement musulmans, avaient conduit il y a plus d’un an la CEMAC à installer son siège à Libreville, la capitale gabonaise.

« D’ici un mois, la commission (de la CEMAC) et les services essentiels seront de nouveau installés à Bangui », a dit Pierre Moussa, le président de la commission.

Accord

La Cemac comprend le Cameroun, la République centrafricaine, le Tchad, la République du Congo, la Guinée équatoriale et le Gabon. Les ex-rebelles centrafricains de la Séléka et leurs rivaux anti-balaka ont conclu dimanche 10 mai à Bangui un accord de désarmement, de démobilisation et de réinsertion.

Le texte a été signé avec le ministère de la Défense dans le cadre du Forum de Bangui organisé pour tourner la page du conflit qui a fait plusieurs milliers de morts et plus d’un million de déplacées depuis 2013.

Lire aussi :

Cemac : le « club des six » en état stationnaire

Cemac : le FMI prédit un net recul du taux de croissance en 2015

Cemac : les dossiers qui fâchent

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte