Assurances

Maroc : l’assurance islamique adoptée en conseil de gouvernement

| Par Jeune Afrique
Le projet de loi sur l'assurance islamique sera présenté au parlement marocain avant la fin de l'année. DR

Le projet de loi sur l'assurance islamique sera présenté au parlement marocain avant la fin de l'année. DR ©

Le gouvernement marocain a adopté un projet de loi pour réguler l’assurance islamique. Le texte sera soumis au vote du parlement plus tard dans l’année.

Le gouvernement marocain a adopté le jeudi 14 mai le projet de loi sur l’assurance islamique. C’est la dernière étape des efforts entrepris par le Maroc pour réguler le secteur naissant de la finance islamique. Plus tôt dans l’année, le gouvernement a publié un décret sur la création d’un conseil pour superviser le secteur.

Si la finance islamique, qui interdit le paiement d’intérêts et la spéculation, s’est développée à travers l’Asie, le Moyen-Orient et l’Europe, elle a mis du temps à croître au Maroc, mais aussi à travers le continent africain. Mais les marchés financiers marocains ayant besoin de liquidités et d’investisseurs étrangers, l’attrait pour ce type d’instruments s’accroît.

Mutualité

La Takaful, ou assurance islamique, repose sur le concept de mutualité. Le texte adopté par le gouvernement porte sur les autorisations nécessaires, les types de produits d’assurance et leurs modes d’opération. Le projet de loi adopté le 14 mai amende la régulation actuelle du secteur des assurances traditionnelles. Il sera soumis au vote du parlement plus tard dans l’année, indique un communiqué du gouvernement.

Le secteur des assurances au Maroc est l’un des plus importants d’Afrique, avec un chiffre d’affaires de 28,4 milliards de dirhams (2,91 milliards de dollars) en 2014, d’après les données de la Fédération des sociétés d’assurance et de réassurance. Il connaît une croissance annuelle de 6 %.

Depuis le début de ce processus législatif, les grandes banques et sociétés d’assurances marocaines se sont préparées à la création de filiales dédiées à la finance islamique. Des banques du Koweït, de Bahreïn et des Émirats arabes unis ont également émis leur intérêt pour la finance islamique au Maroc.

Lire aussi : 

Maroc : le parlement adopte définitivement la loi sur les banques islamiques

Banque : la course au halal est lancée au Maroc

Maroc : BMCE et BCP vont lancer des filiales islamiques

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte