Société

Texas : deux assaillants abattus lors d’un concours de caricatures de Mahomet

La fusillade a eu lieu en marge d’un concours de caricatures de Mahomet. Un événement considéré comme islamophobe selon ses détracteurs, mais placé sous le signe de la liberté d’expression pour ses organisateurs.

Par
Mis à jour le 4 mai 2015 à 10:43

Un agent de sécurité a également été légèrement blessé. © GregoryCastillo-AP-SIPA

Deux hommes ont ouvert le feu dimanche 3 mai au Texas lors d’un concours de dessins et de caricatures du prophète Mahomet, avant d’être abattus par des policiers. Un agent de sécurité a été légèrement blessé.

La fusillade s’est produite peu avant 19h, heure locale, dans un parking du Curtis Culwell Center de Garland, près de la ville de Dallas, où se tenait l’événement. Une manifestation placée sous le signe de la liberté d’expression pour ses organisateurs, mais considérée comme islamophobe selon ses détracteurs.

"Aucune idée" de l’identité et des motivations des deux hommes abattus

Les assaillants sont arrivés en voiture devant le bâtiment et ont aussitôt commencé à tirer sur le garde, indique la municipalité dans un communiqué diffusé sur Twitter et Facebook. Des policiers sur les lieux ont alors à leur tour fait feu, les abattant tous les deux. Les participants au concours ont été préventivement évacués du bâtiment, tout comme les personnes dans les commerces et supermarchés situés dans les environs.

La police a indiqué ne pas avoir pu établir l’identité des deux suspects, ni s’ils étaient liés à des personnes ayant critiqué cette manifestation comme anti-islamique. "Je n’ai aucune idée de qui ils sont, si ce n’est qu’ils sont morts et dans la rue", a déclaré un porte-parole de la police de Garland.

Le porte-parole de la police de la ville, Joe Harn, a indiqué lors d’une conférence de presse que la zone ne paraissait plus faire l’objet de menaces, mais que des hélicoptères de la police patrouillaient. "Nous travaillons sur la voiture" des assaillants, a-t-il dit.

Une manifestation réputée islamophobe

Cette manifestation était organisée par Pamela Geller, présidente de l’American Freedom Defense Initiative (AFDI). L’organisation, considérée par certains comme incitant à la haine, a financé des campagnes de publicité contre l’islam. Elle décernait un prix de 10 000 dollars, soit près de10 000 euros, au gagnant du concours.

Pamela Geller, à la tête de l’AFDI, est elle aussi connue pour ses positions islamophobes. En 2010, elle avait organisé un défilé à New York sur le site où devait être construit un centre islamique, près de l’emplacement du World Trade Center, détruit par les attentats du 11 septembre 2001. En réponse à la tuerie de Garland, l’AFDI a publié un communiqué sur Facebook revendiquant la liberté d’expression.

Le Néerlandais Geert Wilders "choqué"

Le populiste (et raciste) néerlandais Geert Wilders participait également aux débats. Il a assuré sur Twitter être sain et sauf et y commentait l’incident: "Tirs à Garland, au concours de caricatures de Mahomet pour la liberté d’expression. Je viens juste de quitter le bâtiment #garlandshooting". Se disant "choqué" par l’attaque, il a dénoncé une "atteinte aux libertés de tous".

Dans un courriel à l’AFP, le Néerlandais a précisé qu’il "venait de parler pendant une demi-heure des caricatures, de l’islam et de la liberté d’expression avant de quitter les locaux". M. Wilders, célèbre pour ses diatribes anti-islam et ses propos ouvertement xénophobes, avait été convié au concours par Pamela Geller, président de l’AFDI.