Politique

Guinée : l’opposition appelle de nouveau à manifester contre le calendrier électoral

Manifestants le 4 mai 2015 à Conakry. © Cellou Binani/AFP

Le bras-de-fer se poursuit en Guinée. L'opposition a appelé mardi soir à de nouvelles manifestations dans tout le pays contre le calendrier électoral, qu'elle souhaite modifier.

L’opposition guinéenne a appelé à de nouvelles manifestations à Conakry et dans tout le pays, tandis que le président Alpha Condé invitait officiellement le chef de l’opposition Cellou Dalein Diallo à une rencontre vendredi, "pour des échanges portant sur la situation socio-politique nationale".

>> Lire aussi : "Quand Alpha Condé briefe Hollande"

Aucune réaction n’a pu être obtenue dans l’immédiat auprès du leader de l’ancien Premier ministre. Le président Alpha Condé explique, dans un communiqué, souhaiter "l’aboutissement d’un dialogue permanent en vue d’aller vers des élections libres, crédibles et transparentes dans notre pays".

"Nous allons pousser nos militants dans la rue autant de fois qu’il le faut"

Au même moment, au terme d’une réunion au domicile d’un de ses dirigeants, l’ancien Premier ministre Sidya Touré, l’opposition a annoncé à la presse la poursuite des "marches et protestations", le 7 mai à Conakry et le 11 mai dans tout le pays. "Ces marches et manifestations consistent à dénoncer le calendrier électoral annoncé par la Commission électorale nationale indépendante" (Céni), qui renvoie les élections locales en 2016, après la présidentielle fixée à octobre 2015, a expliqué le porte-parole de l’opposition.

>> Lire aussi : "Guinée : en visite à Paris, Alpha Condé rejette toute modification du calendrier électoral"

Objectif : obtenir une révision du calendrier électoral pour que les élections locales aient lieu avant la présidentielle. "Pour le moment nous sommes dans la rue, nous poussons nos militants dans la rue et ça, nous allons le faire autant de fois qu’il le faut", affirme l’ex-Premier ministre Sidya Touré.

Cette annonce intervient au lendemain d’un nouvel appel à la mobilisation nationale contre le calendrier électoral et la "mal-gouvernance", qui s’est soldée par au moins une vingtaine de blessés à Conakry, lors d’affrontements entre manifestants et forces de l’ordre déployées en masse dans la capitale, ainsi que 29 arrestations.

(Avec AFP)

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte