Politique

Burundi : arrestation d’un opposant, Nkurunziza promet de ne pas se représenter s’il est réélu

La police burundaise a procédé mercredi à l’arrestation de l’opposant Audifax Ndabitoreye, l’un des leaders de la campagne anti-troisième mandat de Pierre Nkurunziza et candidat déclaré à la présidentielle de juin 2015. Entre-temps, le président sortant promet de ne pas rempiler s’il est réélu en 2015…

Mis à jour le 6 mai 2015 à 18:55

Pierre Nkurunziza, le président burundais sortant. © AFP

"Si la police trouve des griefs sur qui que ce soit qui serait derrière les violences dans les manifestations de ces derniers jours, c’est de son devoir de l’arrêter". Willy Nyamitwe, conseiller principal chargé de la communication à la présidence burundaise a expliqué, jeudi 6 mai à "Jeune Afrique", que les forces de l’ordre soupçonnent l’opposant Audifax Ndabitoreye, arrêté dans la soirée à la sortie d’une rencontre avec les ministres de la sous-région, d’être l’un des commanditaires des violences qui ont émaillé les manifestations de ces derniers jours à Bujumbura.

Détenteur d’une double nationalité – burundaise et néerlandaise -, Audifax Ndabitoreye s’est déclaré candidat à la présidentielle prévue au mois de juin. L’ambassade des Pays-Bays à Bujumbura a promis de suivre de près cette affaire.

S’il est réélu en 2015, Nkurundiza promet que ce sera son "dernier mandat"

Selon une source de la présidence de la République burundaise, Pierre Nkurunziza adressera ce mercredi à 20 heures un "message à la nation". "Le président a bien accueilli la décision de la Cour constitutionnelle et promet, s’il est réélu en juin 2015, que ce sera son dernier mandat", révèle Willy Nyamitwe.

>> Lire aussi : Nkurunziza, tout foi tout flamme

À l’en croire, au cours de son message, le président burundais ordonnera également la libération de tous les mineurs détenus lors de ces manifestations. La promesse de lever tous les mandats d’arrêts qui pèsent sur des opposants et autres membres de la société civile, sera aussi renouvelée. Mais "à condition que le soulèvement cesse", précise Willy Nyamitwe.

>> Lire aussi l’interview de Pacifique Nininahazwe : "On ne peut négocier que le renoncement de Nkurunziza"