Politique

Yémen : l’Arabie saoudite propose un cessez-le-feu de cinq jours aux rebelles houthis

La situation humanitaire au Yémen préoccupe l’Arabie saoudite qui a proposé jeudi aux rebelles houthis un cessez-le-feu pour permettre l’acheminement de l’aide humanitaire à la population durement affectée par la guerre.

Par
Mis à jour le 7 mai 2015 à 17:25

Le chef de la diplomatie saoudienne Adel al-Jubeir (d) et John Kerry le 7 mai à Ryad. © Andrew Harnik/AFP

"Le royaume (saoudien) pense qu’il peut y avoir un cessez-le-feu de cinq jours au Yémen pour coordonner avec les organisations internationales l’acheminement d’une aide humanitaire", a indiqué le 7 mai le chef de la diplomatie Adel al-Jubeir lors d’une conférence de presse à Ryad avec le secrétaire d’État américain John Kerry.

L’Arabie saoudite est en première ligne d’une coalition internationale qui opére des frappes aériennes contre les rebelles chiites au Yémen. La proposition de cessez-le-feu doit permettre l’acheminement de l’aide humanitaire vers les zones de conflit.

>> Lire aussi Yémen : le jihad des Saoud

Proposition assortie de conditions

Adel al-Jubeir a prévenu que ce cessez-le-feu ne pourrait se réaliser que si les Houthis et leurs alliés (des militaires fidèles à l’ex-président Ali Abdallah Saleh) y souscrivent, n’empêchent pas les efforts humanitaires et ne lancent pas d’actions agressives.

"Nous appelons toutes les parties à donner leur accord à l’initiative de Ryad", a déclaré le secrétaire d’État américain John Kerry, soulignant que la réussite du cessez-le-feu ne dépendait que des Houthis.

M. Kerry a également indiqué que ni l’Arabie saoudite, ni les États-Unis ne parlent de l’envoi de troupes au sol. Le gouvernement yéménite en exil a demandé le 06 mai dans une lettre aux Nations unies, l’envoi de forces terrestres pour "sauver" la population d’Aden, menacée par les rebelles.

>> Lire aussi Yémen : le yeux plus gros que le ventre des houtistes

(Avec AFP)