Bourse

Le marocain Platinum Power veut construire trois barrages en Côte d’Ivoire

Vue du barrage de la Faye, bâti sur le fleuve Sassandra, en Côte d'Ivoire. DR ©

Platinum Power, filiale marocaine du capital-investisseur américain Brookstone Partners, cherche à investir 450 milliards de F CFA (750 millions de dollars) pour la construction de trois complexes hydroélectriques en Côte d'Ivoire, rapporte "Reuters". Le début des travaux est prévu pour le premier semestre 2016.

La société marocaine Platinum Power, filiale du capital-investisseur américain Brookstone Partners spécialisée dans la gestion de projets énergétiques, compte investir plus de 450 milliards de F CFA (750 millions de dollars) dans la construction de trois barrages hydroélectriques en Côte d’Ivoire, rapporte l’agence Reuters.

Un premier barrage de 100 mégawatts (MW) sera construit sur le Bafing, l’un des affluents du fleuve Sassandra. Sur ce dernier cours d’eau, un deuxième barrage, d’une capacité de 110 MW, devrait être également bâti. L’emplacement du troisième barrage n’a, quant à lui, pas encore été communiqué, rapporte l’agence de presse.

« Les deux barrages hydroélectriques seront construits en même temps. Nous nous préparons à ce que les travaux de construction débutent au premier trimestre 2016 et durent environ cinq ans », a déclaré Kamal Abdelhafid, directeur de la stratégie et de l’ingénierie de Platinum Power.

Platinum Power, qui a décroché le statut Casablanca Finance City, indique disposer d’un pipeline de projets représentant plus de 2 000 mégawatts de capacités électriques au Maroc, au Cameroun, au Sénégal et en Côte d’Ivoire.

Demande croissante

Le projet ivoirien de la filiale de Brookstone Partners sera financé en partie sur fonds propres. Il s’appuiera également sur l’aide des bailleurs de fonds locaux et des banques de développement, selon les informations rapportées par Reuters. Son objectif est de satisfaire la demande croissance d’approvisionnement énergétique du pays, a expliqué Kamal Abdelhafid. La Côte d’Ivoire – qui exporte déjà de l’électricité vers le Ghana, le Burkina Faso, le Bénin, le Togo et le Mali – prévoit, à terme, d’alimenter le Liberia, la Guinée et la Sierra Leone.

Lire aussi :

Dossier énergie : l’Afrique fait le pari de l’interconnexion

Adama Toungara : « La demande en électricité de la Côte d’Ivoire ne cesse de croître. À nous de l’anticiper »

Fleuve Mano – Saran Daraba Kaba : « À quatre pays, on fonctionne mieux qu’à quinze ! »

L’Afrique, à la poursuite de l’or bleu

(Avec Reuters)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte