Racisme

Mort de Freddie Gray : manifestations pacifiques à Baltimore, New York et Boston

| Par Jeune Afrique
Mercredi soir, des manifestants ont défilé dans le calme à New-York

Mercredi soir, des manifestants ont défilé dans le calme à New-York © Craig Ruttle/AP/SIPA

Mercredi soir, des milliers de manifestants ont défilé dans le calme dans les grandes villes de l’est des États-Unis pour réclamer justice après la mort de Freddie Gray et dénoncer les violences policières à l’encontre des Africains-Américains.

"Tout le foutu système est coupable"

Ils étaient nombreux à exprimer leurs colère suite aux bavures policières répétées à l’encontre des Noirs. "Pas de justice, pas de paix", scandaient les manifestants, parmi lesquels des étudiants et des lycéens chantaient: "Envoyez ces policiers tueurs en prison, tout le foutu système est coupable". Parmi les nombreuses pancartes, on pouvait lire: "Les policiers assassins méritent la cellule" ou encore "Ces policiers racistes doivent partir".

Jonathan Brown, un étudiant de 19 ans, a déclaré à l’AFP : "Nous manifestons contre les injustices commises par la police contre les hommes noirs. La police a la gâchette facile. Ca suffit !".

New York et Boston se mobilisent

À Baltimore où le couvre-feu avait été fixé à 22H00 heure locale, les manifestants ont défilé à partir de 17H00, avant de se rassembler devant l’hôtel de ville à minuit.

La mobilisation a gagné New York. Un appel au rassemblement avait été lancé et une page facebook intitulée "NYC se bouge et soutient Baltimore" a même été créée. "Les habitants de Baltimore sont descendus dans les rues pour réclamer justice pour Freddie Gray et défendre les Noirs de ce pays. Maintenant que la garde nationale a été appelée et qu’un couvre-feu a été instauré, nous devons témoigner notre solidarité avec Baltimore", pouvait-on lire.

Les New-Yorkais ont commencé à se réunir à partir de 18H00 locales à Union Square, dans le sud de Manhattan. Plusieurs d’entre eux ont été arrêtés par la police, qui n’a pas souhaité dire combien étaient détenus.

>> Lire aussi : État d’urgence et couvre-feu déclarés à Baltimore

À Washington, la manifestation qui a rassemblé jusqu’à 1 000 personnes, pour la plupart des jeunes, a fini sa marche devant la Maison Blanche. Une autre manifestation s’est également tenue à Boston, dans le Nord-Est, selon des médias américains.

Retour au calme

Après les émeutes déclenchées le 27 avril, les manifestants ont, hier, marché "sans heurts ni incidents majeurs", a précisé la police de Baltimore, qui a toutefois procédé à 18 arrestations. Celles "de seize adultes pendant la journée", ainsi que "de deux mineurs", a ajouté le chef de la police Anthony Batts lors d’un point presse. À New-York, plusieurs manifestants ont également été arrêtés, mais la police n’a pas souhaité communiquer leur nombre. Depuis le discours prononcé par le président Obama, plusieurs enquêtes ont été ouvertes pour déterminer les circonstances de la mort de Freddie Gray, blessé aux vertèbres après une arrestation brutale.

>> Lire aussi : Obama : les violences policières "soulèvent des questions troublantes"

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer