Sécurité

RDC : Kinshasa amnistie plus de 350 ex-combattants du M23

Des ex-rebelles du M23 au camp de réfugiés de Ramwanja (Ouganda), le 17 décembre 2014. © Isaac Kasamani/AFP

Le ministre congolais de la Justice a annoncé jeudi une nouvelle vague d'amnistie en RDC. Parmi les bénéficiaires : plus de 350 ex-rebelles du Mouvement du 23-Mars (M23), réfugiés en Ouganda et au Rwanda après leur défaite militaire fin 2013.

Plus d’une année après la promulgation, le 11 février 2014, de la loi d’amnistie, plus 350 membres de l’ancienne rébellion du Mouvement du 23-Mars (M23) ont été amnistiés, le 30 avril, par le gouvernement congolais.

Selon les arrêtés du ministre de la Justice lus sur la télévision publique, 220 ex-rebelles amnistiés se trouvent en Ouganda, 122 autres au Rwanda, une trentaine sont incarcérés à Kinshasa et quatre sont détenus à Goma, capitale de la province du Nord-Kivu (est), où le M23 était très actif.

>> Lire aussi l’interview de François Muamba : « Pas d’amnistie ni d’intégration en bloc » dans l’armée pour les ex-M23

En août, l’ex-groupe rebelle s’était plaint que « seuls (…) 31 membres du M23 » avaient été amnistiés sur un total de 3 657 signataires de l’acte d’engagement – document par lequel ils s’engageaient à ne plus reprendre des armes contre leur pays -, et avait dénoncé l’arrestation de « dizaines » de membres du M23 en RDC après avoir signé l’acte et être rentrés au pays.

(Avec AFP)

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte