Politique

Centrafrique : des soldats tchadiens et équato-guinéens aussi accusés de viols sur mineurs

| Par Jeune Afrique
Des militaires de la Misca, à Bangui, le 15 février 2014.

Des militaires de la Misca, à Bangui, le 15 février 2014. © Fred Dufour/AFP

Après 14 soldats français de la force Sangaris, d’autres militaires étrangers en Centrafrique – des Tchadiens et des Équato-Guinéens – sont également accusés d’abus sexuels sur mineurs, selon un rapport interne de l’ONU.

« Il s’agit de trois soldats tchadiens et deux équato-guinéens », a précisé à l’AFP la co-directrice de l’ONG américaine Aids-Free World, Paula Donovan, qui a consulté le rapport interne de l’ONU déjà à l’orgine d’une enquête judiciaire contre des soldats français, et l’a communiqué au journal britannique The Guardian.

« Un des enfants cité dans ce rapport a témoigné avoir vu son ami être sodomisé par deux soldats tchadiens pendant qu’un troisième faisait le guet », a expliqué Mme Donovan. « Un autre enfant interrogé par les enquêteurs de l’ONU a déclaré avoir vu son copain, âgé de 9 ou 10 ans, en compagnie de deux soldats de Guinée équatoriale. Son ami a fait une fellation et a été sodomisé par un des soldats tandis que le second faisait le guet, puis les deux militaires ont échangé leurs places », a-t-elle ajouté.

Informations sur les auteurs présumés

Selon une source judiciaire française, quatorze militaires français sont mis en cause dans cette affaire, mais très peu ont été identifiés. Toujours selon Mme Donovan, certains des enfants qui ont témoigné donnent des prénoms de soldats, d’autres des noms qu’ils ont entendus dans des conversations entre leurs agresseurs, d’autres encore des informations sur les fonctions qu’assuraient ces militaires. La plupart ont pu fournir des descriptions physiques détaillées des soldats, a-t-elle souligné.

À l’époque des faits, entre décembre 2013 et juin 2014, les Français faisaient partie de l’opération Sangaris et la Mission de stabilisation de l’ONU en RCA (Minusca) n’était pas encore déployée. Le Tchad et la Guinée équatoriale participaient à l’époque à la Misca, une force panafricaine de maintien de la paix en RCA qui a précédé la Minusca.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte