Économie

RD Congo : L’état-major d’Inga réuni à Paris

Le projet Inga va-t-il enfin avancer ? L'ensemble des parties prenantes se sont rassemblées à Paris la semaine du 20 avril pour travailler sur l'appel d'offres du mégabarrage d'Inga III (12 milliards de dollars, soit plus de 11 milliards d'euros), qui doit être lancé avant la fin de l'année.

Sous la houlette de Max Munga, le coordinateur congolais du projet, étaient réunis les conseils du gouvernement, dont le cabinet Orrick, représenté par son associé Pascal Agboyibor, la banque d’affaires Lazard, le bureau d’études Tractebel, la Banque mondiale, via l’un de ses avocats en chef Mark Walker, ainsi que la Banque africaine de développement.

Cet appel d’offres doit tenir compte de la refonte totale du projet ces dernières années (notamment des demandes pressantes de l’Afrique du Sud et du Nigeria). Pour y parvenir, les trois consortiums présélectionnés dès 2011 par le gouvernement (menés par l’espagnol ACS, le chinois Three Gorges Corporation et le canadien SNC Lavalin) pourraient s’entourer de partenaires supplémentaires.

Lire aussi : 

RD Congo : la construction d’Inga 3 pourrait débuter en octobre 2015

La RD Congo dit merci à Pretoria 

Bras de fer entre Orrick et la Banque mondiale autour d’Inga III 

 

 

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte