Agroalimentaire

Sifca enregistre des pertes de plusieurs dizaines de millions d’euros dans le caoutchouc

| Par
SIPH compte des plantations en Côte d’Ivoire, au Ghana, au Nigeria et au Liberia.

SIPH compte des plantations en Côte d'Ivoire, au Ghana, au Nigeria et au Liberia. © @ Falonne-JA

SIPH, filiale du groupe agro-industriel ivoirien Sifca, a annoncé pour 2014 un chiffre d’affaires en recul de 30,5% et une perte opérationnelle de 77,3 millions d’euros. En cause : la chute des cours du caoutchouc l’année dernière.

La nouvelle était attendue, mais elle n’en est pas moins sévère pour Sifca, groupe agro-industriel ivoirien leader dans le domaine du caoutchouc, de l’huile de palme et du sucre. En raison de la baisse vertigineuse des cours du caoutchouc, passés de 2,1 dollars le kilo en début d’année 2014 à 1,5 dollar en fin d’année, le géant ouest-africain de l’hévéa SIPH (détenu à 55,6% par Sifca et à 21,3% par le pneumaticien français Michelin) a annoncé le 30 avril au matin de très mauvais résultats pour 2014. Le chiffre d’affaires a reculé de 30,5%, passant de 326,2 millions d’euros à 226,7 millions d’euros. Un recul dû entièrement à l’évolution des prix puisque, en volume, les ventes ont légèrement augmenté (+1%), à 164 400 tonnes.

L’application de la norme comptable IAS41, qui impose de valoriser les actifs biologiques à leur juste valeur, a entraîné une réévaluation des actifs de SIPHà la baisse.

L’application de la norme comptable IAS41, qui impose de valoriser les actifs biologiques à leur juste valeur, a entraîné une réévaluation des actifs de SIPH à la baisse, toujours en raison de la chute des cours. Il en ressort une charge de 64,2 millions d’euros sur les plantations, faisant basculer le résultat opérationnel dans le rouge. Ce dernier passe de -36,2 millions à -77,3 millions d’euros entre 2013 et 2014. En deux ans, la baisse des cours a fait passer les revenus de SIPH de 358,5 millions d’euros à 226,7 millions et fait plonger le résultat net de +36,6 millions à -61,9 millions d’euros.

400 000 tonnes

SIPH précise que ces évolutions, liées à des impératifs comptables, n’ont eu aucun impact sur la trésorerie de la société qui compte des plantations en Côte d’Ivoire, au Ghana, au Nigeria et au Liberia. Les cash-flows générés par l’activité restent positifs à 32,2 M€Sans application de la norme IAS41, la perte opérationnelle se serait d’ailleurs limitée à -11,4 millions d’euros.

« Les efforts d’investissements déjà réalisés sur la capacité d’usinage en Côte d’Ivoire et Ghana en 2014 vont déjà permettre au Groupe de viser une production globale cible de 190 000 tonnes sur 2015, soit une augmentation de +20% », a précisé SIPH dans un communiqué. La société vise les 400 000 tonnes en 2024, portés par les achats aux planteurs.

Le groupe Sifca n’a pas encore publié ses résultats pour 2014, mais le caoutchouc ayant été ces dernières années le principal contributeur aux bénéfices, le résultat net du groupe devrait lourdement chuter.

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer