Sport

Nigeria – Stephen Keshi : « Mon objectif principal, c’est la CAN 2017 »

| Par
Stephen Keshi, sélectionneur du Nigeria, à la Coupe du monde au Brésil, le 20 juin 2014.

Stephen Keshi, sélectionneur du Nigeria, à la Coupe du monde au Brésil, le 20 juin 2014. © Fernando Llano/AP/SIPA

Stephen Keshi signe un nouveau contrat avec le Nigeria vendredi, un peu plus de six mois après avoir démissionné suite à l’élimination des Super Eagles lors des qualifications pour la CAN 2015. Quel est son état d’esprit ? Il répond aux questions de « Jeune Afrique ».

Jeune Afrique : c’est officiel, vous allez repartir avec le Nigeria…

Stephen Keshi : Oui. Vendredi 17 avril, à Abuja, au siège de la fédération nigériane, je vais signer un contrat de deux ans. Avec comme principal objectif de qualifier la sélection nationale pour la CAN 2017. J’aurai également la responsabilité de l’équipe locale, qui va débuter en juin les qualifications pour le CHAN 2016.

La Coupe du monde 2018 ne fait pas partie du contrat d’objectifs ?

Les qualifications débuteront en fin d’année. Mais je vous le répète, la priorité, c’est la CAN 2017. Le 13 juin, nous jouerons notre premier match face au Tchad. Je vais donc préparer cette rencontre. Pour la Coupe du monde, on verra en temps voulu. Si je qualifie le Nigeria pour la CAN au Gabon, nous discuterons peut-être d’une prolongation.

Votre relation a été assez tourmentée avec la sélection : pendant plusieurs mois, vous n’avez pas été payé, et il est même arrivé que vous n’ayez pas de contrat…

J’ai obtenu des garanties, pour que tout se passe bien à l’avenir. Il est plus facile pour un entraîneur de travailler sans se préoccuper des problèmes de salaire ou de contrat. Je vais signer vendredi, et ensuite, je pourrai composer mon staff technique.

Est-il vrai que vous avez obtenu une revalorisation salariale (vous perceviez autour de 23 000 euros par mois avant votre démission) ?

Oui, mais il n’y aura pas une grosse différence avec ce que je touchais avant.

Avez-vous eu l’opportunité d’aller travailler ailleurs ?

En Guinée équatoriale, juste avant la CAN, mais j’avais estimé que reprendre une équipe quinze jours avant une phase finale était trop risqué. Sinon, j’ai eu des approches avec le Burkina Faso et le Mali notamment (qui ont finalement choisi respectivement Gernot Rohr et Alain Giresse, NDLR).

Quel sera votre programme lors des prochaines semaines ?

Je vais voir s’il est possible d’organiser un match amical en mai avec les locaux. Je vais bien sûr me concentrer sur le match face au Tchad, et voir s’il est envisageable de jouer une rencontre de préparation une semaine avant. Je ne suis pas parti il y a longtemps, donc je connais très bien nos internationaux.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte