Immigration

Méditerranée : ce que l’on sait des circonstances du naufrage qui a fait plus de 800 morts

Un des 27 survivants du naufrage qui a fait plus de 800 morts, le 20 avril à Catane, en Italie. © Alessandra Tarantino/AP/SIPA

Le parquet de Catane, en Italie, qui s'est vu confier l'enquête préliminaire sur le naufrage d'un bateau de migrants qui a fait plus de 800 morts en Méditerranée, a livré ses premières conclusions mardi.

  • "Deux causes principales"

On en sait désormais un peu plus sur le naufrage d’un chalutier, tôt le 19 avril au large de la Libye, qui a causé la mort d’environ 800 de ses passagers, des migrants clandestins qui tentaient de rejoindre l’Europe. Sur la base des témoignages des survivants de la catastrophe et de l’équipage du cargo portugais venu à la rescousse, le Parquet de Catane (Sicile) a donné une version du drame dans un communiqué publié mardi 21 avril.

Le naufrage "a deux causes principales", a expliqué le Parquet. "D’une part, les fausses manœuvres décidées par le commandant du chalutier qui dans la tentative d’aborder le cargo, a provoqué la collision avec ce bateau plus grand. D’autre part, la surcharge en passagers du chalutier, qui a été déséquilibré par ces fausses manœuvres et par le déplacement des migrants à bord, ajoute le Parquet, qui explique que le chalutier a ensuite chaviré, prenant au piège de nombreux migrants, dont des femmes et des enfants, qui étaient enfermés dans les cales du navire.

Et de préciser que le cargo portugais, qui a été le premier à intervenir après l’appel de détresse lancé par ce chalutier, n’a en rien contribué au drame. Suite à ces premiers éléments d’enquête, Le Parquet va demander dans la journée à un magistrat de confirmer la mise en détention des deux passeurs arrêtés.

  • Qui sont les deux passeurs arrêtés ?

Il s’agit d’un Tunisien de 27 ans, qui était aux commandes du chalutier, et d’un Syrien âgé de 25 ans, deux hommes qui faisaient partie du groupe de 27 survivants arrivés dans la nuit de lundi à mardi à Catane. Les enquêtes se poursuivront pour déterminer le nombre de morts, y compris en précédant à la récupération de l’épave, si nécessaire, a indiqué le Parquet. Cette dernière possibilité avait été évoquée dès dimanche par le chef du gouvernement italien, Matteo Renzi, afin de donner une sépulture décente aux victimes.

Officiellement, le bilan du naufrage est encore de 24 morts et 28 survivants, mais le nombre des disparus est estimé à environ 800. Le Parquet ne confirme pas ce chiffre, mais estime à 850 le nombre de migrants qui étaient à bord du navire, long de 20 mètres.

Ce drame, qui s’ajoute a une série meurtrière de naufrages, a suscité une vive émotion en Europe. Après une première réunion de ses ministres des Affaires étrangères lundi à Bruxelles, l’UE a convoqué un sommet extraordinaire jeudi pour mettre sur pied un plan d’action visant à répondre à ce qui est considéré depuis des années comme une véritable catastrophe humanitaire aux portes de l’Europe.

  • Quel bilan de l’immigration en Méditerranée ?

Depuis le début de l’année, plus de 1 750 migrants ont péri en Méditerranée. Avec le dernier décompte, "l’Organisation internationale des Migrations (OIM) a calculé que le nombre de morts depuis le début de l’année 2015 est à présent plus de 30 fois supérieur à ce qu’il était en 2014 à cette même date (…), lorsqu’il y avait juste 56 décès de migrants répertoriés en Méditerranée", a déclaré à la presse Joel Millman, le porte-parole de l’organisation basée à Genève. "L’OIM craint à présent que le total de 3 279 décès de migrants de 2014 soit dépassé cette année d’ici quelques semaines, et puisse atteindre 30 000 à la fin de l’année, si l’on se base sur le bilan actuel", a-t-il ajouté.

De son côté, Adrian Edwards, le porte-parole du Haut commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR), a déclaré que le naufrage est le plus meurtrier répertorié en Méditerranée. Selon lui, il y a eu 1 300 morts sur le seul mois d’avril, ce qui en fait un mois record quant aux décès.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte