Archives

Irak : le chef de l’EI, Abou Bakr al-Baghdadi, « grièvement blessé » dans une frappe aérienne ?

Abou Bakr al-Baghdadi dans une vidéo diffusée le 5 juillet 2014.

Abou Bakr al-Baghdadi dans une vidéo diffusée le 5 juillet 2014. © AP/SIPA

Le journal britannique « The Guardian » a relayé mardi des informations selon lesquelles le chef du groupe terroriste État islamique (EI) aurait été grièvement blessé lors de frappes aériennes de la coalition internationale menée par les États-Unis.

L’information est rapportée le 21 avril par le journal britannique The Guardian. Le chef de l’État islamique (EI), Abou Bakr al-Baghdadi, aurait été grièvement blessé dans un raid aérien, le 18 mars, dans l’ouest de l’Irak, selon des sources en lien avec le groupe terroriste.

Abou Bakr al-Baghdadi aurait été ciblé par les frappes de la coalition menée par les États-Unis dans l’al-Baaj, un quartier de Ninive, près de la frontière syrienne. Des diplomates occidentaux et irakiens ont attesté de  l’existence d’une action militaire dans cette zone à la date du 18 mars. L’un d’eux, selon le journal, a confirmé une frappe aérienne sur un convoi de trois voitures – dans lequel se serait trouvé Al-Baghdadi – aux alentours des villages de Umm al-Rous et al-Qaraan.

Une zone relativement épargnée par les frappes aériennes

"Il a choisi cette région parce qu’il savait que les frappes de la coalition y étaient peu nombreuses", a confié au journal une source proche de l’EI. Al-Baaj, une zone tribale sunnite, est longtemps restée en dehors du contrôle de l’Etat, même sous le régime de dirigeant irakien déchu Saddam Hussein, et a été considéré comme un refuge pour les djihadistes à partir de 2004.

Plusieurs proches du chef de l’EI ont été tués ces derniers mois lors de frappes aériennes de la coalition internationale. Des informations inexactes avaient déjà fait cas de dommages infligés entre novembre et décembre 2014 au chef de la nébuleuse islamique. Abou Bakr al-Baghdadi, provisoirement éloigné du commandement de son organisation, se remettrait lentement de ses blessures.

>> Lire aussi Irak : Abou Bakr al-Baghdadi, l’émir invisible de l’EIIL

 

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte