Politique

Yémen : la coalition arabe menée par l’Arabie Saoudite annonce la fin des frappes aériennes

| Par
Une maison éventrée la veille par une frappe aérienne, à Sanaa, 21 avril 2015.

Une maison éventrée la veille par une frappe aérienne, à Sanaa, 21 avril 2015. © Mohammed Huwais/AFP

La coalition arabe au Yémen a annoncé mardi la fin des frappes aériennes lancées il y a un mois contre les Houthis chiites. En dépit de cette trêve, des combats se poursuivent toujours au sud du pays entre les rebelles et les partisans du président en exil, Abd Rabbo Mansour Hadi.

Un mois après le début des frappes aériennes au Yémen, la coalition arabe menée par l’Arabie Saoudite a annoncé mardi la fin de son opération "Tempête décisive" lancée le 26 mars dernier contre les rebelles houthistes. Le général Ahmed Al-Assiri, porte-parole de la coalition, a expliqué avoir mis fin à cette opération "à la demande du gouvernement et du président du Yémen", Abd Rabbo Mansour Hadi, réfugié en Arabie Saoudite. Selon le ministère saoudien de la Défense, les frappes ont permis d’éliminer "les menaces pesant sur la sécurité de l’Arabie saoudite et des pays voisins". Cependant, la reprise de cette opération aérienne n’est pas exclue afin d’empêcher d’éventuels mouvements des rebelles. 

>> Lire : Yémen : les yeux plus gros que le ventre des houthistes

Quelques heures à peine après cette annonce, des combats entre factions rivales se poursuivaient toujours, mercredi matin, dans plusieurs villes du sud du pays. Des affrontements ont été signalés par des habitants à Aden, deuxième ville du Yémen, à Taëz, Dhaleh et Houta.

Une annonce saluée par Washington et Téhéran

Cette annonce marque le lancement d’une nouvelle phase politique, nommée "Restaurer l’espoir" et saluée par Washington. "Nous continuons à soutenir la reprise d’un processus politique avec l’aide de l’ONU et la facilitation de l’aide humanitaire", a déclaré Alistair Baskey, porte-parole du Conseil de sécurité nationale. Par ailleurs, les Américains ont rapproché un porte-avions du Yémen et surveillait un convoi de navires iraniens soupçonnés de se diriger vers le Yémen. Ce déploiement leur permettrait de "préserver les options", selon un porte-parole du Pentagone.

Pour sa part, Téhéran, accusé par Ryad de soutenir militairement les rebelles chiites, a aussi salué cette annonce la qualifiant de "pas en avant" vers un règlement du conflit.

L’annonce de la fin des frappes aériennes survient alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en garde contre un effondrement des systèmes de santé yémenites qui "font face à des pénuries de plus en plus grandes de médicaments qui sauvent des vies, à des interruptions fréquentes des générateurs" et au manque d’électricité, selon elle. Le dernier bilan de l’OMS fait état de 944 morts et 3 487 blessés, dont plusieurs civils, entre le 19 mars et le 17 avril.

>> Lire aussi : Yémen : le jihad des Saoud

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer