Diplomatie

Burkina Faso : code électoral sous surveillance

| Par Jeune Afrique
Le ministre délégué Moussa Nébié.

Le ministre délégué Moussa Nébié. © DR

Les conséquences de l’adoption du nouveau code électoral burkinabè – qui exclut des prochaines consultations présidentielle et législatives les partisans de Blaise Compaoré – sont suivies de près par la communauté internationale.

Le 13 avril, les diplomates étrangers en poste à Ouagadougou ont été conviés au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération régionale pour une réunion d’explication.

Les arguments du ministre Moussa Nébié n’ont manifestement pas convaincu les représentants des États-Unis, de l’Union européenne et du groupe de contact international sur le Burkina (Cedeao, UA, ONU), puisque ces derniers ont réclamé la mise en place d’un « processus électoral sans exclusive ».

La France est elle aussi favorable à un scrutin « sans exclusive », mais attend prudemment les recommandations de l’UA pour se prononcer plus nettement. Les sanctions financières parfois envisagées pour faire pression sur le régime de transition ne sont toutefois, selon un diplomate français, « pas encore à l’ordre du jour ».

>>> Lire aussi : Burkina Faso : le nouveau code électoral promulgué, le camp Compaoré vent debout

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

3098_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte