Politique économique

Tunisie : Slim Chaker dévoile ses priorités au ministère des Finances

| Par
Slim Chakler est le ministre des Finances de la Tunisie depuis le 6 février 2015. DR

Slim Chakler est le ministre des Finances de la Tunisie depuis le 6 février 2015. DR ©

Deux mois après sa nomination, le gouvernement tunisien s’est livré cette semaine à une série d’interventions publiques censées fixer ses priorités à moyen terme, notamment en matière économique.

Pour Slim Chaker, le ministre des Finances de la Tunisie, elles sont de trois ordres : réforme des banques publiques, restauration des équilibres macroéconomiques et revue de la fiscalité.

Il a ainsi annoncé l’ouverture prochaine du capital des trois grandes banques publiques – SBT (Société tunisienne de banque), BNA (Banque nationale agricole) et BH (Banque de l’habitat) à des partenaires techniques étrangers.

La cession de parts comprises entre 10 et 15 % du capital vise à associer ces partenaires à la modernisation de ces banques et au renforcement de leur gouvernance. Le montant du plan de recapitalisation de ces institutions – en souffrance depuis trois ans et estimé à 1 milliard de dinars en mars dernier par le gouverneur de la Banque centrale – a été réévalué à 1,3 milliard de dinars (616 millions d’euros) selon Slim Chaker.

Fiscalité

Le ministre tunisien a également dévoilé que 1,3 milliard de dollars devraient être mobilisés pour permettre au pays de ramener le déficit public à 5 % en 2015 contre 5,8 % l’an dernier. Parmi les enveloppes attendues, des prêts du FMI et de la Banque mondiale à hauteur d’un milliard de dollars.

Sans donner de détails, Slim Chaker a évoqué la mise en place d’un impôt sur la fortune. La simplification du régime fiscal forfaitaire – qui rassemble 60 % des contribuables – est également attendue. Enfin une mise à plat du budget alloué – mais non dépensé – aux régions sera entreprise par un corps de 20 inspecteurs. Les sommes récoltées seront prioritairement orientées vers des projets de développement ayant un impact rapide. Les gouvernorats de Sidi Bouzid, Medenine et le Kef sont considérés comme pilote.

Slim Chaker a également annoncé la tenue d’une conférence internationale pour fin 2015 afin d’attirer environ 10 milliards de dollars d’investissements. À cette fin, le projet de réforme du code d’investissements devrait être bouclé d’ici à un mois, a indiqué pour sa part le ministre de l’Investissement et de la Coopération internationale, Yassine Brahim.

Contrebande

Un plan de lutte contre la contrebande est également en préparation, il comprend l’aménagement des postes frontaliers de Dhehiba et Ras Jedir, à la frontière libyenne, la formation d’un corps militaire de douaniers, l’équipement en scanners des postes-frontières (acquisition de neuf appareils cette année, 10 en 2016) et l’installation de caméras de surveillance dans les ports et magasins pour éviter les trafics. Le tout pour un montant de 50 millions de dinars.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer