Mines

Shandong Iron & Steel arrache la mine de Tonkolili à African Minerals

| Par
La mine de Tonkolili est l'un des gisements de fer les plus importants en Afrique.

La mine de Tonkolili est l'un des gisements de fer les plus importants en Afrique. © African Minerals

Le chinois Shandong Iron and Steel a racheté à African Minerals 75 % des participations restantes dans la mine de fer de Tonkolili, en Sierra-Leone. Placée sous administration judiciaire fin mars, African Minerals croulait sous quelque 700 millions de dollars de dette.

L’entreprise sidérurgique chinoise Shandong Iron and Steel Group a racheté à African Minerals 75 % des participations restantes dans la mine de fer de Tonkolili, en Sierra Leone, pour une somme estimée à 170 millions de dollars, rapporte Reuters. Placé sous administration judiciaire le 26 mars dernier, African Minerals, affecté par la chute des cours du fer et la hausse des coûts d’exploitation de Tonkolili, croulait sous quelques 700 millions de dollars de dette.

Cette décision – attendue – des administrateurs judiciaires sonne la fin de la partie pour African Minerals. Le groupe présentait jusqu’alors la mine de Tonkolili comme son « projet phare », ainsi que le claironnait son fondateur l’homme d’affaires australo-roumain Frank Timis, dans une interview accordée à Jeune Afrique en 2011.

Proie

Timis, premier actionnaire d’African Minerals – évincé toutefois de la direction générale du groupe fin 2014 – aura donc finalement été non pas l’allié, mais la proie des groupes chinois dont il vantait les mérites. Car Shandong Iron and Steel, basé dans la région du même nom, à mi-chemin entre Pékin et Shanghai, était en conflit depuis plusieurs mois avec le management de son partenaire sur la stratégie à suivre pour développer Tonkolili.

Pour prendre les rênes du projet, le groupe chinois a opéré en deux temps. Fin janvier 2015, il d’abord repris auprès d’un consortium bancaire la dette de 250 millions de dollars du projet de Tonkolili, qu’African Minerals ne parvenait pas à rembourser. Puis, après sa mise sous administration judiciaire, il a participé à la vente forcée des actifs d’African Minerals mis aux enchères au début de ce mois, pour détenir au final 100 % du capital de Tonkolili.

Shandong Iron and Steel a annoncé dans un communiqué l’acquisition prochaine de la société d’infrastructure associée au projet, dénommée African Port and Railway Services. Le groupe annonce un financement supplémentaire de 600 millions de dollars pour permettre l’avancement de la phase 2 du projet de Tonkolili qui hissera sa production annuelle à 25 millions de tonnes.

Tonkolili est la deuxième plus grande mine de fer en Afrique en activité, mais ses gisements restent moins importants que ceux du Simandou en Guinée, dont l’exploitation n’a pas démarré. Shandong a fait part de son intention de ramener la mine, en quasi cessation d’activités, à son niveau maximum de production et de protéger les équipements contre la saison des pluies imminente.

>>>> Lire aussi – Frank Timis, l’empereur contesté

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte