Société

Naufrage en Méditerranée : au moins 400 migrants africains disparus, selon des survivants

Capture d'écran d'une vidéo transmise par la Marine italienne et prise le 13 avril 2015. © Guardia Costiera/AFP

Quelque 400 migrants seraient morts dans le naufrage d'une embarcation de fortune dimanche en mer Méditerranée, selon les témoignages des survivants. Une tragédie qui pourrait être encore plus grande que celle de Lampedusa en 2013.  

Le nombre de migrants africains qui sombrent dans les eaux de la Méditérannée ne cesse d’augmenter… Dimanche, 400 personnes auraient péri dans le naufrage de leur embarcation au large des côtes libyennes. C’est ce qu’ont rapporté des survivants débarqués mardi en Italie et interrogés par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et l’ONG Save the Children.

"Selon les témoignages recueillis ces dernières heures parmi les 150 survivants débarqués à Reggio Calabria, parmi lesquels quelques mineurs, il y aurait environ 400 victimes dans ce naufrage intervenu 24 heures après le départ des côtes libyennes", a annoncé l’ONG dans un communiqué. Selon les premiers témoignages, entre 500 et 550 personnes se trouvaient à bord du bateau qui s’est renversé. "Nous sommes en train d’enquêter pour comprendre la dynamique du naufrage", a expliqué à l’AFP Flavio Di Giacomo, porte-parole de l’OIM en Italie.

Ce nouveau drame pourrait porter à 900 le nombre de morts enregistrés par l’OIM depuis le début de l’année, contre 47 pour la même période en 2014. 

Une mer cimetière

Si l’enquête confirme les dires des survivants, le bilan de cette tragédie serait encore plus lourd que celui de Lampedusa. En octobre 2013, 366 migrants se sont noyés dans la Méditerranée, devenue un véritable cimetière de candidats à l’immigration clandestine. 

>> Lire : Lampedusa : un naufrage africain

Mardi, les garde-côtes italiens ont annoncé avoir secouru près de 8 000 migrants en Méditerranée depuis vendredi 10 avril. Pour les seuls jours de dimanche et lundi, ils ont porté secours à 42 bateaux chargés au total de plus de 6 500 migrants. Ils avaient annoncé avoir secouru 144 personnes et retrouvé 9 corps après le naufrage de l’une des embarcations. Depuis le début du mois d’avril, plus de 10 500 arrivées ont été enregistrées en Italie.

>> Lire : L’Italie enregistre un nombre record de migrants clandestins venus d’Afrique par la mer 

La réaction d’Amnesty International

Ce nouveau naufrage, s’il est avéré, rappelle avec "horreur" que "rien n’est réglé en Méditérranée", déplore Amnesty International. L’ONG accuse l’Union européenne d’avoir tourné le dos à ses responsabilités en remplaçant l’opération de sauvetage Mare Nostrum, qui avait sauvé 17 000 vies, par une simple mission de surveillance. "Seule une opération de sauvetage coordonnée au niveau européen est à même de répondre aux défis immédiats qui se posent : sauver des vies de la noyade. Aucune autre proposition ne peut être une solution ! Nous en appelons d’ailleurs à François Hollande", s’indigne Jean-François Dubost, responsable du programme Personnes déracinées à Amnesty International France.

(Avec AFP)

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte