Défense

Tunisie : l’Algérien Belmokhtar derrière l’attentat du Bardo ?

| Par Jeune Afrique
Manifestation contre le terrorisme en Tunisie.

Manifestation contre le terrorisme en Tunisie. © Christophe Ena/AP/SIPA

Le terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar serait impliqué dans l’attentat du musée du Bardo, le 18 mars à Tunis.

Oeuvre de l’Algérien Khaled Chaib, alias Lokmane Abou Sakhr, chef de la katiba Okba Ibn Nafaa, l’attentat du 18 mars contre le musée du Bardo, à Tunis, aurait été, selon des sources proches de l’enquête, préparé avec le concours d’un autre jihadiste algérien, le tristement célèbre Mokhtar Belmokhtar, chef du groupe Al-Mourabitoune et commanditaire de la sanglante prise d’otages d’In Amenas, en janvier 2013. Lors d’une rencontre au mois de février dans le nord-ouest de la Libye, Belmokhtar aurait proposé six de ses hommes pour encadrer l’opération du Bardo.

>> A lire aussi : Mokhtar Belmokhtar, le parrain du Sahelistan

Les jihadistes en question auraient rejoint le groupe Okba Ibn Nafaa dans la région de Gafsa, en passant par Oued el-Dahcha, un point de passage habituel des produits de contrebande à destination de la Libye. Ils seraient également les organisateurs de l’embuscade du mont Mghilla, le 7 avril, au cours de laquelle cinq soldats ont été abattus en représailles à l’élimination, le 29 mars près de Gafsa, d’Abou Sakhr et de huit autres terroristes tunisiens et algériens.

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer