Politique

Nigeria : Muhammadu Buhari part en guerre contre le terrorisme et la corruption

| Par Jeune Afrique
Le nouveau président élu du Nigeria, Muhammadu Buhari.

Le nouveau président élu du Nigeria, Muhammadu Buhari. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Ancien général, le nouveau président élu du Nigeria, Muhammadu Buhari, a d’ores et déjà lancé les hostilités au lendemain de son élection. Il s’est engagé mercredi à « débarrasser la nation de la terreur » du groupe islamiste Boko Haram.

"Je peux vous assurer que Boko Haram va vite mesurer la force de notre volonté collective et de notre engagement à débarrasser la nation de la terreur et pour ramener la paix", a déclaré Muhammadu Buhari. "Aucun effort ne sera épargné pour vaincre le terrorisme", a-t-il ajouté. En tant qu’ancien général, Muhammadu Buhari est pour le moment un gage de crédibilité pour les soldats.

>> Lire aussi : "Présidentielle au Nigeria : pourquoi la victoire de Muhammadu Buhari est historique"

Autre champ de bataille : l’économie du pays et la lutte contre la corruption : "La corruption détruit notre économie, instaure des inégalités sociales. Cela ne fait qu’enrichir une partie de la population. Cela pousse à sous-estimer la démocratie car les personnes corrompues ont amassé tellement d’argent qu’elles pensent être intouchables, mais je veux lutter contre cela."

Rassemblement

Muhammadu Buhari s’est également posé en rassembleur et a tendu la main à son rival de campagne, le président sortant Goodluck Jonathan, appelant à "oublier les vieilles batailles et les contentieux du passé". "Disons-le clairement : le président Jonathan n’a rien à craindre de moi", a ajouté M. Buhari. "C’est un grand Nigérian".

"J’ai promis à ce pays des élections libres et justes. J’ai tenu ma parole", avait quant à lui déclaré dans la nuit le président sortant dans un communiqué.

Goodluck Jonathan salué

Le président américain Barack Obama a pour sa part félicité mercredi Muhammadu Buhari, ainsi que Goodluck Jonathan, saluant le leadership dont les deux hommes ont fait preuve. Barack Obama a souligné le respect des principes démocratiques à l’occasion de la présidentielle qui a abouti à la première alternance démocratique au Nigeria.

Susan Rice, conseillère à la sécurité nationale de Barack Obama, a de son côté salué une étape historique pour le Nigeria et l’Afrique. "Le président Jonathan s’est comporté en véritable homme d’État, plaçant les intérêts du Nigeria au-dessus de tout", a-t-elle ajouté.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte